A l'affiche
[Critique] « The Raid 2 » : un grand film d’action où les arts martiaux sont au premier plan

[Critique] « The Raid 2 » : un grand film d’action où les arts martiaux sont au premier plan

22 juillet 2014 | PAR Hugo Saadi

Sorti en 2012, The Raid avait réussi à séduire malgré un scénario quasiment inexistant grâce notamment à des scènes de combats haletantes. Dans The Raid 2, Gareth Evans a vu les choses en grand et exporte son intrigue dans tout Jakarta permettant alors de multiplier les lieux de souffrance du héros principal. Grâce à une mise en scène qui se veut au plus près de l’action et à une intensité physique époustouflante, le réalisateur signe un film survitaminé de 2h30.

[rating=5]

Effectivement The Raid 2 est plus dense, mieux construit, plus surprenant et beaucoup plus long. Le premier opus avait loupé le coche en proposant un simple assaut de la part d’une unité d’élite dans un immeuble occupé par des trafiquants. Étage par étage, il fallait franchir chaque palier avant d’affronter le big boss, rien de plus. Cette fois-ci, Rama, le policier sorti héros de l’immeuble est confronté à une nouvelle mission : infiltrer un gang de la mafia de Jakarta. Cela passe alors par la case prison, afin d’approcher le fils du mafieux pour obtenir sa confiance et s’imposer en bon petit soldat. Le réalisateur américain dispose ici d’une palette de personnages beaucoup plus large grâce à la multitude de mafieux qui revendiquent tous une parcelle de la ville qui aboutira sur une guerre de gangs. Notre héros solitaire aura donc du pain sur la planche pour nettoyer le moindre recoin de la ville gangrénée par le vice.

Gareth Evans a fait appel à des professionnels des arts martiaux ce qui permet une fluidité lors des scènes de combat au corps à corps offrant alors au spectateur de nombreux plans séquences bien chorégraphiés. La mise en scène et le montage allégé sont prenants et suivront chaque coup de poing pour nous en mettre plein la vue. Les combats sont longs et ne font jamais dans la demi-mesure, les os craquent souvent et les dents volent. Les armes blanches : un balai ,un marteau, des couteaux et même une batte de baseball, tout ce qui tombe sous la main peut faire office d’arme. Les changements de vitesse frôlant parfois l’arrêt sur image sont nombreux, la caméra n’en perd pas une seule miette et passera au travers d’une vitre, se couchera par terre pour suivre les derniers instants de chaque combattant Et ce ne sont pas les endroits de castagne qui manque : des toilettes à une rame de métro en passant par la banquette arrière d’une voiture, la cour boueuse d’une prison ou encore la discothèque, Gareth Evans s’empare de toute la ville pour notre plus grand plaisir.

Au final, on en prend plein la figure, mais il est vrai qu’à la différence du premier, les scènes d’action sont entrecoupées de longs dialogues cherchant à faire évoluer le récit et à développer le côté psychologique de chaque personnage. On reprend alors notre souffle, mais ces entractes pourront faire sortir et ennuyer quelques détracteurs. Malgré ces quelques petits défauts, le nouveau film de Gareth Evans permet de renouer avec le film d’action où les arts martiaux sont dominants.


The Raid 2, un film de Gareth Evans, avec Iko Uwais, Julie Estelle, Yayan Ruhian, film d’action indonésien, 2h30. Sortie le 23 juillet 2014.

Visuels © The Jokers / Le Pacte

« La Bibliothèque invisible » de Stéphane Mahieu
[Villeneuve en Scène] Les Baladins du Miroir énergisent « La Bonne Âme du Se-Tchouan »
Hugo Saadi

One thought on “[Critique] « The Raid 2 » : un grand film d’action où les arts martiaux sont au premier plan”

Commentaire(s)

  • Dan

    Le premier était déjà un véritable coup de poing, une mise en scéne immersive et des combats millimétrés avec brio. L’intrigue était certes légère, mais une véritable intrigue aurait sans doute nui au film. Le seul petit reproche que j’avais fait, c’était des combat qui s’étirer un peux trop.

    Rendrons dans le vif du sujet, la suite reprend a peine 15 minutes après la fin du premier film. Non seulement ont est tout de suite embarquer, mais l’intrigue et beaucoup plus importante, maintenant qu’on est sortie de la Tour, le film prend une autre direction que le huit clos….le film de yakuza.

    Le réalisateur s’inspire(et respecte), les plus grande œuvres du genres, et ça se ressent a chaque séquences. Mais aussi des décor et prises très Kubrick ou encore de Kurosawa.

    Visuellement parlant le film dépasse ces deux dernier film(The Raid, Merantau), même si le film dispose de plus de moyen, on sent que le réal a muri depuis sont premier film est ce permet des plans iconique(cf il y en a tellement…).

    Parlons des combat, le film parle avant tout aux amoureux d’art martiaux, est la encore le film ne ment pas sur la marchandise. Beaucoup plus maitriser que le premier film, plus de combat a rallonge,, sauf la scéne de fin, beaucoup plus violent et magnifiquement chorégraphier. Le nombre de scènes cultes dans sont films, il y a des plans….(du Tarantino dans c’est meilleur jours).

    Le film dispose aussi d’un sacré casting, outre le toujours impeccable Iko Uwais qui joue Rama(d’ailleurs il nous livre une prestation des plus honnête), le film nous livre des bad guy tous aussi dangereux qu’iconique….que ça soit Hammer Girl(Julie Estelle excellente), ou encore Bate-Man(Very Tri Yulisman)!!!

    Peut être un peux trop de personnages, mais c’est tellement infime tant la qualité du film surpasse toutes nos espérances et fait passer le premier pour un amuse gueule.

    Bref sans doute un des meilleurs films de cette été et tout simplement un des meilleur films d’art martiaux, d’une générosité tant sur les combat(la scéne des toilettes, la scéne du métro, la cuisineeeeeee,Bate Man….ou encore le perssonage de Cecep Arif Rahman), que sur les film de Yakuza qui fait de The Raid 2 une réussite total…en attendant le 3éme!

    5/5

    juillet 22, 2014 at 12 h 46 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture