A l'affiche
[Critique] »Les Contes d’Hoffmann » de Michael Powell et Emeric Pressburger, un spectacle total, en version restaurée inédite

[Critique] »Les Contes d’Hoffmann » de Michael Powell et Emeric Pressburger, un spectacle total, en version restaurée inédite

31 mars 2015 | PAR Olivia Leboyer

Contes d'Hoffmann

Michael Powell (Les Chaussons rouges, Le Voyeur) livre avec Les Contes d’Hoffmann un film-opéra total, presque monstrueux : la musique, le chant, la danse, les images aux couleurs saturées se répondent dans une harmonie parfaite, et toujours brisée. Magnifiquement restauré, le film ressort en salles demain (au Champo et au Mac Mahon): ne le manquez pas.

[rating=4]

Michael Powell aime les amours tristes, détraquées. Ici, Hoffmann, subjugué par une belle ballerine, profite de l’entracte pour se confier à quelques acolytes de passage, dans une taverne. Il a aimé trois fois, trois contes de fées : à chaque fois, l’enchantement s’est rompu. Un personnage maléfique, aux identités multiples, figure le destin contraire, qui met un terme à l’éblouissement amoureux.

Le film explore les facettes de l’amour déçu, montrant les chausse-trappes, les panneaux peints, les escaliers tortueux. Illusions perdues, retrouvées, disparues, au fil de la musique, majestueuse et envoûtante. La première jeune fille aimée d’Hoffmann est, en réalité, une poupée mécanique (Moira Shearer), qui se disloque tristement. Dans la seconde histoire, peut-être la plus belle, la courtisane Giulietta (superbe Ludmila Tcherina) retourne vers l’homme qui la domine. Et, dans le troisième acte, c’est une chanteuse lyrique qui fait souffrir Hoffmann. Si le temps de la rencontre paraît simple, évident, les amours se terminent sans appel. Le motif de la répétition n’entame pas la fraîcheur de chacun des contes : les trois histoires possèdent, chacune, un éclat propre. Hoffmann, sans cesse déçu et quitté, retrouve toujours le goût du romanesque, l’emballement du désir. Dans le vin et les confidences à des inconnus, ses passions tristes revivent en boucle. Fascinantes, douloureuses, les trois histoires se suivent sans se redoubler tout à fait.

Un spectacle total, somptueux.

Les Contes d’Hoffmann, de Michael Powell et Emeric Pressburger, Grande-Bretagne, 1951, 2h13, musique de Jacques Offenbach, avec Moira Shearer, Ludmila Txherina, Nigel Patrick, Anne Ayarsn Robert Rounsvillen Robert Helpmann. Version restaurée inédite. Sortie le 1er avril 2015 (Champo et Mac Mahon).

visuels: affiche et photos officielles du film.

Rue Denoyez : la fin d’une belle histoire
« Unbreakable Kimmy Schmidt », New-York sous l’oeil neuf de Tina Fey disponible sur Netflix
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture