A l'affiche
[Critique] « Riddick » une série B stylisée qui ravira les fans de science-fiction poisseuse

[Critique] « Riddick » une série B stylisée qui ravira les fans de science-fiction poisseuse

23 septembre 2013 | PAR Gilles Herail

[rating=4]

Riddick est le troisième opus d’une franchise de science-fiction au budget moyen qui a su fidéliser un public de fans. Après l’intimiste Pitch Black et des Chroniques de Riddick qui se prenaient un peu trop pour un blockbuster, Riddick revient à un schéma plus simple et fait preuve d’une belle efficacité.


La première partie à la Je suis une légende ou After Earth est un épisode de survie désespérée dans un environnement hostile. La seconde partie lorgne vers la chasse à l’homme où le traqué va petit à petit devenir le bourreau quand Riddick doit affronter une équipe de chasseurs de tête déployés pour le supprimer. Le film finit ensuite comme un Fort Alamo crade et pluvieux. Riddick est ce héros viril absolu pas dénué d’un sens  de l’humour quasi parodique que véhicule parfaitement Vin Diesel, mastoque et plus bad-ass que jamais. L’univers de science-fiction jaunâtre aux couleurs retravaillées regorge de monstres à la Alien qui pullulent et cherchent en permanence à faire la peau de notre héros. Ce troisième Riddick ne cherche pas le grand spectacle à outrance et l’action tonitruante à tout prix.

La modestie du propos sert le film qui ne démérite pas et trouve souvent le charme des petites séries B sympathiques qui s’assument comme telles. Un cadre poisseux, testostéroné où une femme forte est forcément lesbienne (on aurait pu lui rajouter un accent russe comme dans Kick Ass 2, cela n’aurait pas choqué) mais reste souvent au campement car le combat est une affaire d’hommes. Riddick est un gros dur mais se prend d’affection pour ce chien alien qui l’accompagnera pendant la plupart du film. L’hémoglobine coule et la violence prend des tours quasiment burlesques. Si l’on accepte les règles de ce film de genre, Riddick fait certainement partie des meilleures propositions cette année.

Gilles Herail

Riddick, une série B de science-fiction réalisée par David Twohy avec Vin Diesel, durée 1H59, sortie le 18 septembre 2013

Fassbinder par Gwenaël Morin, un théâtre urgent et libéré
Agenda culturel de la semaine du 23 au 30 septembre 2013
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *