A l'affiche
[Critique] « Pride » : comédie anglaise solidaire, militante et euphorisante. Coup de cœur!

[Critique] « Pride » : comédie anglaise solidaire, militante et euphorisante. Coup de cœur!

20 septembre 2014 | PAR Gilles Herail

Des militants gays et lesbiens qui supportent les mineurs dans leur lutte contre l’ennemi commun Thatcher. Une histoire vraie traitée avec finesse, énergie, drôlerie, faisant honneur à la tradition de la comédie sociale à l’anglaise. Aussi euphorisant que Good Morning England et bouleversant que les Virtuoses.

[rating=4]

Synopsis officiel: Eté 1984 – Alors que Margaret Thatcher est au pouvoir, le Syndicat National des Mineurs vote la grève. Lors de la Gay Pride à Londres, un groupe d’activistes gays et lesbiens décide de récolter de l’argent pour venir en aide aux familles des mineurs en grève. Mais l’Union Nationale des Mineurs semble embarrassée de recevoir leur aide. Le groupe d’activistes ne se décourage pas. Après avoir repéré un village minier au fin fond du pays de Galles, ils embarquent à bord d’un minibus pour aller remettre l’argent aux ouvriers en mains propres. Ainsi débute l’histoire extraordinaire de deux communautés que tout oppose qui s’unissent pour défendre la même cause.

L’alliance du mouvement LGBT avec les mineurs en grève était un formidable sujet, apportant un nouvel éclairage sur l’ère Thatchérienne, déjà traitée de nombreuses fois par le cinéma britannique. Cette histoire de convergence des luttes contenait tous les éléments d’un feel-good movie enthousiaste, engagé, fier. Et Pride s’en empare avec un talent certain, en assumant l’aspect politique et en rendant hommage aux résistances anti Dame de Fer. L’analyse sociale est fine, montrant la difficulté de coordonner les mouvements, de sortir des communautarismes et de dépasser les clans pour marcher réunis au moment où les mines ferment et le SIDA apparaît. Pride est optimiste mais jamais naïf, montrant à la fois l’intégration pas évidente des jeunes activistes gays parmi les grévistes et la difficulté de convaincre la communauté homosexuelle des liens entre conservatisme social et sociétal. Les dernières images du film annoncent aussi l’évolution de la Gay Pride, perdant sa teneur politique et sociale pour progressivement devenir une attraction urbaine festive et colorée.

Au delà du discours, étonnamment fin, Pride est un divertissement qui évite tous les écueils, du pathos, de la superficialité, de la caricature, des bons sentiments. De bout en bout, le film est un véritable festival.D’accents, de musique 80s ou disco, de chants syndicalistes, de gueules de cinéma, de répliques hilarantes, de portraits fascinants, de moments d’émotion collective, de dignité, de frisson. Les vieilles galloises, les hommes du village, le groupe de jeunes londoniens: tous les personnages ont leur place et leur moment de gloire. Pas un second rôle n’est en dessous au sein d’un casting d’une très grande qualité, clairement transcendé par son sujet et à la complicité non feinte. Pride est une excellente comédie, où l’on rit beaucoup. Un film collectif jubilatoire et euphorisant, qui traite d’un pan méconnu mais passionnant de l’histoire britannique. Et une bouleversante galerie de portraits et de caractères. Allez le voir en famille, en couple, avec des amis ou qui vous voudrez. Vous sortirez le sourire aux lèvres et sincèrement inspiré par cette comédie sociale sur le militantisme et l’engagement qui est notre coup de cœur de la rentrée.

 

Pride, une comédie anglaise de Matthew Warchus avec Bill Nighy et Imelda Staunton, durée 2h, sortie le 17/09/2014
[Critique] « Bon rétablissement » : Gérard Lanvin dans une comédie humaniste démodée de Jean Becker
Lanvin : I love you, le nouveau livre d’Alber Elbaz
Gilles Herail

2 thoughts on “[Critique] « Pride » : comédie anglaise solidaire, militante et euphorisante. Coup de cœur!”

Commentaire(s)

  • Roussel

    Un film magnifique!
    Très ému
    La salle a applaudie à la fin du film

    septembre 21, 2014 at 21 h 17 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture