A l'affiche
[Critique] « Les yeux jaunes des crocodiles » passe de l’encre à la bobine

[Critique] « Les yeux jaunes des crocodiles » passe de l’encre à la bobine

14 avril 2014 | PAR La Rédaction

Pour son troisième film la réalisatrice Cécile Telerman adapte le premier roman d’une trilogie de Katherine Pancol « Les yeux jaunes des crocodiles ». Il relève du défi de réussir une telle performance. De la même façon qu’il est difficile d’apprécier une pièce de théâtre sur le petit écran, il peut être risqué d’adapter un livre, au cinéma. Après deux millions d’exemplaires vendu pour le livre, le film connaîtra-t-il le même succès ?

[rating=4]

Joséphine et Iris sont sœurs, pourtant tout les oppose. La première chercheuse au cnrs, au physique peu affirmé (assuré), mariée à un chômeur et mère de deux jeunes filles dont l’ainée ne cesse de lui rappeler la médiocrité de son existence. La deuxième baigne dans le luxe, la facilité et le superficiel, mariée à un homme qu’elle n’aime pas elle vit sans grande conviction son « bonheur », également mère d’un petit garçon auquel elle porte peu d’intérêt et d’affection. Afin de rendre sa vie quotidienne un peu moins creuse, lors d’un dîner mondain, Iris annonce écrire un roman. Forcée de constater qu’elle est incapable d’écrire, elle propose à sa sœur de le faire à sa place contre l’argent du livre et elle, fait face aux projecteurs. Tout le monde y gagne Iris de la crédibilité et Joséphine la possibilité de couvrir les dettes que son mari lui a laissées après son départ. Le succès du livre va bouleverser la vie de chacun.

Cécile Telerman est choisie pour l’adaptation, elle coécrit le scénario avec la fille de Katherine Pancol, Charlotte De Champfleury, ce qui assure aux lecteurs de cette dernière de retrouver leurs héroïnes à l’écran « … ils connaissent les personnages par cœur, ils ont grandi avec eux … ». L’auteur s’implique de loin à la réalisation « … ce n‘est pas mon métier, je ne sais pas faire. » dit-elle, de même pour le scenario auquel on lui a demandé de participer, « … c’est un autre métier … quand je lis un scénario je ne sais pas si il est bon ou mauvais. » affirme t-elle. Ce qui augmente son appréhension à la découverte du film.
Le lecteur souhaite comme à la lecture du livre voir tous les personnages à l’écran et se souvenir des scènes en les regardant « Beaucoup de choses ont été laissées de côté … c’est le problème quand on fait deux heures de film avec un livre de 650 pages. » dit Katherine Pancol. Même si tous les éléments du livre n’ont pas pu être repris, connaissant l’amour des détails à l’auteur cela aurait été donc impossible, ceux qui sont à l’écran le sont fidèlement, « … l’essentiel était de veiller scrupuleusement à respecter le roman. » affirme Cécile Télérman
Saluons la performance de Julie Depardieu dans le rôle de Joséphine ainsi que celle de la talentueuse et prometteuse Alice Isaaz (actuellement à l’affiche du film « La crème de la crème »). On retrouve également Emmanuel Béart dans le rôle d’Iris. Sans oublier Jacques Weber, Patrick Bruel, Edith Scob et Samuel Le Bihan.

Les yeux jaunes des crocodiles, d’après Katherine Pancol, réalisé par, avec Cécile Télerman avec Julie Depardieu, Emmanuelle Béart et Patrick Bruel, durée 2h10, sortie le 9 avril 2014.

Alexandra BANSARD

Le sac à trous de Zouzou de Maïté Laboudigue
Alexander Wang signe une collection capsule pour H&M
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture