A l'affiche

[Critique] « Le Père Noël »Tahar Rahim Bad Santa dans un conte hivernal social et familial

[Critique] « Le Père Noël »Tahar Rahim Bad Santa dans un conte hivernal social et familial

12 décembre 2014 | PAR Gilles Herail

Alexandre Coffre que l’on avait découvert avec Une Pure Affaire nous propose un conte de Noël à l’américaine, plein de bons sentiments et avec une touche de social. Le mélange des genres est parfois bancal mais la démarche est assez unique dans un cinéma familial français trop souvent passéiste (voir notre dossier).

[rating=3]

Tahar Rahim s’est révélé dans des films sombres comme Le Prophète, des rôles torturés s’appuyant sur son charisme instinctif. Tolédano et Nakache l’ont récemment emmené autre part, dans le second rôle comique inattendu de Samba. On retrouve aujourd’hui l’acteur dans une veine similaire, incarnant ce faux Père Noël, braqueur de pacotille et magouilleur au grand cœur, se retrouvant contre son gré avec un petit garçon sur les bras. Pour un duo improbable, que tout oppose, ressort classique des buddy movies. On perçoit souvent dans ce Père Noel les éléments qui avaient fait la réussite d’ Une Pure Affaire. Une bonne humeur très inscrite dans le contemporain et le réalisme social. Le mélange est ici improbable, cherchant sa voie entre la pure comédie familiale de Noel et une ambition sociale et piquante plus originale.

C’est à la fois l’intérêt et la limite du film. Déconstruire la magie de Noel et ses mythes (traîneaux, lutins, pôle nord etc.) tout en lui rendant hommage. L’enjeu était là mais le film perd parfois en efficacité ce qu’il gagne en originalité. Le ton est léger, les scènes de cambriolage amusantes, la complicité des deux protagonistes évidente. Le Père Noel n’ennuie pas mais aurait pu aller plus loin en dynamisant ses péripéties et surtout en cherchant une vraie magie visuelle, au delà des jolies images un peu fades du Paris nocturne. Le vrai charme du film vient alors de ses dialogues et de l’engagement des deux protagonistes, quasiment seuls à l’écran. Cette incursion modeste et tendre dans la comédie familiale permettra on l’espère de relancer un genre qui manque cruellement au sein du cinéma français. Et on espère retrouver très vite Tahar Rahim dans ce cinéma chaleureux, généreux et léger qui lui va si bien.

Gilles Hérail

Le père noel, une comédie d’Alexandre Coffre avec Tahar Rahim, durée 1h20, sortie le 10 décembre 2014

« Vatican: Tous les chefs-d’oeuvre » par Anja Grebe
[La recette de Claude] Filet de bœuf à l’ail
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *