A l'affiche
[Critique] « Le Labyrinthe 2, la Terre Brûlée » Film pour ados sans personnalité

[Critique] « Le Labyrinthe 2, la Terre Brûlée » Film pour ados sans personnalité

10 octobre 2015 | PAR Gilles Herail

Le deuxième épisode de la série « The Maze Runner », adapté des romans de James Dashner, ne marquera pas l’histoire des divertissements d’action pour ados. Une suite brouillonne effleurant à peine ses personnages qui se retrouve perdu entre le genre horrifique, le zombie-movie et la science-fiction post-apocalyptique. Plus d’ambition, un vrai mieux au niveau visuel, mais toujours ce même sentiment d’absence de personnalité que l’on regrettait dans le premier. Notre avis.

[rating=1]

Synopsis officiel : Dans ce second volet de la saga épique LE LABYRINTHE, Thomas et les autres Blocards vont devoir faire face à leur plus grand défi, rechercher des indices à propos de la mystérieuse et puissante organisation connue sous le nom de WICKED (…)


Le premier Labyrinthe
avait connu un succès d’estime aux États-Unis, sans atteindre les scores des franchises les plus populaires. Le public français lui avait en revanche réservé un triomphe, l’amenant tout près des scores des deux derniers Hunger GamesMalgré une idée de départ intéressante, le film de Wes Ball souffrait de son ambition très limitée : proposer une petit série B à suspens, avec de maigres moyens. Son succès-surprise a permis de débloquer un peu plus d’argent pour ce second épisode qui reste malgré tout dans la catégorie des petits budgets. Il faut d’ailleurs reconnaitre un vrai savoir-faire au niveau des décors et des séquences en extérieur qui n’ont rien à envier à des long-métrages plus cossus. Le bât blesse en revanche au niveau des intentions d’un film qui aligne les références sans jamais trouver sa propre voie. 

Les prairies et l’ambiance camp scout du premier opus laissent place à un monde post-apocalyptique où les quelques survivants tentent de survivre aux zombies locaux. Certaines franchises prennent le temps d’installer une atmosphère propre déclinée dans les suites. The Mazer Runner balaie au contraire d’un revers de la main tout l’univers de son prédécesseur. Le récit s’installe d’abord dans une base militaire secrète toute droit sortie de Matrix. Vient ensuite la découverte du monde extérieur, la « terre brûlée » du titre, et ses improbables zombies. Le film d’horreur et de morts-vivants n’est qu’une nouvelle fausse piste et le script imagine alors un road-trip dans le désert à la recherche de la terre promise, comme dans Mad Max Fury Road. Pour finalement revenir à un sous-texte de science-fiction à la Divergente où une grande méchante veut sauver les gens contre leur gré.

Le Labyrinthe 2 est plutôt efficace niveau rythme mais son absence totale de personnalité nous empêche de pleinement profiter d’un produit qui navigue à vue, sans direction précise. On pourra se dire, à sa décharge, que le film devrait plutôt se voir comme une petite série B pas si mal troussée. Sans mériter pour autant tout le tapage médiatique entourant sa sortie, lui donnant un statut injustifié de blockbuster de qualité que le public avait déjà trop généreusement accordé au numéro 1.

Gilles Hérail

Le Labyrinthe 2, un film de science-fiction pour adolescents de Wes Ball avec Dylan O’Brien, durée 2h13, sortie le 07/10/2015

Visuels : © photos officielles et affiches officielles du film
« Mune Gardien de la lune » : Décrocher la lune
Croqueuse de beauté
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture