A l'affiche

[Critique] « Le bois dont les rêves sont faits » : Vincennes par Claire Simon

[Critique] « Le bois dont les rêves sont faits » : Vincennes par Claire Simon

13 avril 2016 | PAR Yaël Hirsch

Après une belle histoire d’amour en Gare du Nord, Claire Simon poursuit avec poésie sa « géographie humaine » et investit le bois dont les rêves sont faits, à Vincennes,  pour un franc documentaire. Franchement réussi. En salles le 13 avril 2016.
[rating=4]

Tout commence par une citation de Baudelaire et un texte nostalgique sur le paradis perdu et notre besoin d’évasion. Poumon vert à l’Est de Paris, le Bois de Vincennes c’est à la fois un Eden et un madeleine. Les cyclistes s’y promènent, les barques y tanguent, les coureurs s’y pressent et les familles s’y perdent. C’est aussi un lieu complexe où des ermites ont élu domicile, où dans les arbres de la forêts d’hiver les hommes recherchent les caresses d’autres hommes, où des femmes se vendent et où les nationalités et les cultures se mélangent : lors du Nouvel An cambodgien, les exilés
se retrouvent à la pagode bouddhiste et où l’on danse tous mêlé parfois, à la tombée de la nuit, comme en « Guinée Bissau ».

Intervieweuse hors-pair, Claire Simon ouvre sa caméra aux confessions des passants et des habitants de ce parc magique. Derrière l’affiche de Sempé et dans le yeux de Claire Simon, c’est tout un monde qui se livre au spectateur. Presque sans musique mais riche des sons de toute une vie grouillante, le Bois de Vincennes est une réserve de féerie ancestrale, un générateur d’irrationnel et un moteur de rêves, aux portes de Paris. Un très beau film à déguster sur grand écran dès aujourd’hui.

Claire Simon, Le bois dont les rêves sont faits, France, 2014, 2h26. Sophie Dulac. Sortie le 13 avril 2016.


visuel : photos et affiche officielles du film (c) JUST SAYIN’ FILMS – Claire Simon 2016 & Sempé

[Live Report] « Futurs non-conformes »: Rencontre avec les artistes de l’espace virtuel du Jeu de Paume
[Critique] « Un homme charmant » d’Ariel Rotter
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “[Critique] « Le bois dont les rêves sont faits » : Vincennes par Claire Simon”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *