A l'affiche
[Critique] L’Antiquaire de François Margolin, plongée touchante dans une collection défaite par la Guerre

[Critique] L’Antiquaire de François Margolin, plongée touchante dans une collection défaite par la Guerre

18 mars 2015 | PAR Yaël Hirsch

Le réalisateur de Mensonge (1992) et des Petits soldats (2005) filme la quête d’une jeune-femme dans le passé de sa famille, des collectionneurs ayant vu leurs biens aryanisés pendant la Guerre. Un film intimiste, au casting 5 étoiles (Berléand, Hirsch, Bouquet) et qui met en exergue le jeu nuancé de Anna Sigalevitch.

[rating=5]

Compagne d’un expert d’art (délicieux Louis-Do de Lencquesain), la vive Esther (Anna Sigalevitch) découvre qu’une très fameuse oeuvre d’art appartenait à sa famille, des juifs spoliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Quittant son poste de journaliste tendance, elle décide de se mettre en quête de ce qu’est devenu cette collection, alors même que tout le monde autour d’elle tente de l’en dissuader. Au passage, elle découvre un passé familial trouble où les nazis et les collaborateurs français ne sont pas seuls suspects dans la spoliation des bien de son père et de sa grand-mère…

Créant une ambiance intimiste pour mieux souligner les points aveugles d’une famille juive européenne ayant traversé la période de la Guerre, François Margolin parvient à donner un visage – celui d’Esther-  à ces rouages administratifs complexes et glaciaux qui caractérisent la spoliation et les mesures -rares- de restitutions des biens des juifs dépossédés et assassinés dans les années 1940. Un anti Monument Men, en sorte, tout en nuances et en notes personnelles, l’Antiquaire est un film porté par des dialogues travaillés et un casting exceptionnel.

L’Antiquaire, de François Margolin avec Anna Sigalevitch, François Berléand, Michel Bouquet, Robert Hirsch, Louis-Do de Lencquesaing, France, 1h33, Margo distribution. Sortie le 18 mars 2015.
visuels : photos officielles du film

Xavier Dolan pompette à la télévision québécoise
[Interview] Clémence Demesme et Marianne Pouységur : « il y a pour la première fois une vraie narration »
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *