A l'affiche
[Critique] « La propriété, c’est plus le vol », de Elio Petri

[Critique] « La propriété, c’est plus le vol », de Elio Petri

05 février 2014 | PAR Yaël Hirsch

Tamasa ressort sur nos grands écrans une version restaurée de la vivante satire d’Elio Petri La propriété c’est plus le vol (1973). Le réalisateur italien d’ Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (1970) et La classe ouvrière va au paradis (1971) attaque le grand capital à coup de doublets conceptuels, d’images sur-exposées et à l’aide d’une fine couche de folie qui fera le miel des grands nostalgiques de l’Italie marxiste des années 1970. Sortie en copie restaurée le 12 février 2014.

[rating=3]

Littéralement allergique à l’argent, Total décide un jour de sortir de son rôle de modeste employé de banque pour devenir le héros d’une fresque très amorale où voleurs et bourgeois ne pensent « qu’à ça », et où les bouchers et les femmes de mœurs légères exposent leur « viande » comme le meilleur signe de la réussite…

la propriété c'est plus le vol afficheCritique acerbe du capitalisme reposant sur un arsenal Marxiste qui va aussi voir du côté de Walter Benjamin, La propriété c’est plus le vol s’inspire de l’esthétique allemande de la nouvelle objectivité (notamment Pabst et Dix) pour dresser le gros plan d’un monde figé dans le matérialisme. Les dialectiques patinent consciencieusement chez Petri et les voleurs ne sont pas des Robins des bois, juste des bourgeois anarchistes. Reste ce brin de folie et ce sens de la saturation de lumière, qui ouvrent un peu ce sombre panorama qui oscille entre mélancolie et hystérie pour pointer vers une beauté formelle qui emporte le spectateur dans le monde un peu rouillé de la gauche italienne des années 1970.

La propriété, c’est plus le vol, de Elio Petri, avec Ugo Tognazzi, Flavio Bucci, Italie, 1973, 126 min. Tamasa. Sortie en version restaurée le 12 février 2014.

La recette de Claude : Tarte au chocolat
[Critique] « L’ile des Miam-nimaux: Tempête de Boulettes Géantes 2», ingénieux, inventif, hilarant et défrisant
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture