A l'affiche
[Critique] Jours de France, de Jérôme Reybaud, la révélation hors compétition de Entrevues 2016

[Critique] Jours de France, de Jérôme Reybaud, la révélation hors compétition de Entrevues 2016

03 décembre 2016 | PAR Yaël Hirsch

Vu à Belfort, dans l’intelligente section sur les « premières fictions françaises », le film original et très caustique de Jérôme Reybaud opère une coupe géniale dans les Provinces et le parisianisme de notre pays. Un Road Trip pas comme les autres à découvrir absolument.
[rating=5]


jours-de-france-image
Un matin, Pierre (Pascal Cervo, digne héritier des acteurs de la Nouvelle Vague) qui son compagnon et son logement de cadre supérieur parisien pour sillonner la France. Il plante tout pour partir au volant de sa Alpha Roméo dans une double recherche : celle, très maîtrisée par la géolocalisation de de rencontre sexuelles sur grinder, et celle plus ambigüe de sa propre identité. Très amoureux, son compagnon le suit via l’application de dating et se met à le poursuivre. Il se plonge lui aussi dans l’ivresse de ces Jours de France.
Commençant presque comme un Depardon en poétisant le périphérique, Jours de France met en scène un Pascal Cervi Impavide, dont le personnage oscille entre le gentil jeune-homme trop serviable et l’homme qui a maturé une certaine froideur. Au fur et à mesure des rencontres, certaines absurdes, d’autres sexuelles et d’autres épiphénomènales, on en apprend jamais beaucoup plus d’un coup sur ce héros qu’on a du mal à cerner, si ce n’est dans son parisianisme construit un peu au forceps et dans sa ferme détermination à ne pas se laisser détourner de son pèlerinage à travers la France. A son contact étrange et qui fait un peu penser au Theorème de Pasolini, les « vrais gens » de France se dévoilent dans leurs ambitions souvent mouchées tandis que Paris semble un horizon indépassable. Quand son compagnon entre en scène, on se met aussi à le suivre avec palpitation. Manifique réflexion en images sur l’identité, la France, la rupture Paris-Province et la rencontre amoureuse en 2016, Jours de France n’est jamais facile d’accès : ses belles images, la musique de Léonard Lasry et ses paysages léchés ne masquent jamais un ton caustique et une ironie fondamentales.


Jours de France, de Jérôme Reybaud, avec Pascal Cervo, Arthur Igual, Nathalie Richard, France, 2016, 137 min, Sortie chez KMBO le 15 mars 2017

visuel : photo officielle

Récit de la performance de Chad Taylor chez Rosa Barba au CAPC de Bordeaux
[Entrevues 2016, compétition] « Short stay », de Ted Fendt
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *