A l'affiche
[Critique] » Infiltrator »: quand l’histoire « vraie » ne convainc pas

[Critique] » Infiltrator »: quand l’histoire « vraie » ne convainc pas

07 septembre 2016 | PAR Yaël Hirsch

Présenté en séance d’ouverture du 42e Festival du film américain de Deauville par la ravissante Diane Krugern, vendredi 2 septembre 2016, Infiltrator de Brad Furman (à qui l’on doit La défense de Lincoln et Players) est un film tiré d’une histoire vraie sur un infiltré de la CIA dans le cartel de Medellin. Malgré les efforts de Bryan Cranston échappée de Breaking Bad pour incarner ce héros très bling-bling, le film ne parvient pas à créer de l’attachement ou même du suspense.

[rating=2]

Années 1980, l’agent fédéral Robert Mazur est bon père de famille et a quitté son job de comptable pour entrer dans les services américains. Alors qu’on lui propose une retraite assez douce, il veut continuer et s’infiltre dans le Cartel de Medellin. Prétendant être Bob Musella, un nouveau riche flegmatique capable de blanchir l’argent de la drogue grâce à de fausses activités et une banque complices, il remonte un à un les échelons de cette mafia jusqu’à devenir l’ami personnel du n°2 après Escobar. Pour ce faire, il doit également s’inventer une petite amie sexy (incarnée par Diane Kruger)…

Malgré ses grands acteurs set sa trame d' »histoire vraie » exceptionnelle, Infiltrator est très décevant. Oscillant entre prétention documentaire et effets de manches, les images de publicité pour agence de voyage sabrent l’effet de réel, les dialogues sont aussi lourds que les magnifiques costumes eighties et on ne croit pas une seconde à l’intrigue, qui si elle est vraie, a des failles immenses (le héros reçoit chez lui des cercueils sanglants : la mafia a pu découvrir sa vraie adresse, elle doit donc savoir qu’il est marié?) Dans cet océan de médiocrité sous strass, seule Diane Kruger donne un peu de relief à son personnage en la transformant en épigone de James Bond Girl chic et un peu mystérieuse.

Infilttator, de Brad Furman, avec Bryan Cranston, Diane Kruger, Etats-Unis,2016, 127 min, Arp selection. Sortie le 7 septembre 2016.
visuels : photo officielle.

Banksy et « 3D », le leader de Massive Attack, sont-ils la même personne ?
[Critique] Julien Samani fait rouler la « Jeunesse » contre les éléments déchaînés
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *