A l'affiche
[Critique] « Don Jon », Sexe et amour, Joseph Gordon-Levitt pose de bonnes questions

[Critique] « Don Jon », Sexe et amour, Joseph Gordon-Levitt pose de bonnes questions

18 décembre 2013 | PAR Olivia Leboyer

Don Jon 1

Nous vous avions déjà livré un point de vue masculin, depuis Londres, sur Don Jon. Au tour du point de vue féminin, depuis Paris, tout aussi positif. Avec une jolie franchise, cette sympathique comédie pose quelques bonnes questions. Sortie le 25 décembre 2013.

[rating=4]

Jon Martello, surnommé « Don Jon » par ses potes, emballe toutes les filles qu’il veut en boîte de nuit. Il les consomme vite fait, concevant le sexe sur un mode fast food. Les filles, il les numérote de 1 à 10, sans se poser plus de questions. En réalité, ce qu’il préfère à tout, ce sont les sites porno, tellement plus efficaces… Chaque jour, il visonne des vidéos porno, en un véritable rituel. Et les rituels, Jon connaît bien, puisqu’il se rend chaque dimanche à l’Église, pour confesser méticuleusement ses séances de masturbations hebdomadaires et autres « sexe hors mariage ». Issu d’une famille d’origine italienne très catholique (Tony Danza est parfait en père rivé à sa télévision), Jon diabolise lui-même sa mauvaise habitude, dont il ne peut ni ne veut pourtant se défaire. On est ici dans une certaine Amérique puritaine. En fait, Jon entretient avec son addiction une relation ambivalente : il n’en est pas très fier, mais il ne ressent pas de souffrance comme Michael Fassbender dans Shame. Non, le problème tient plutôt à ce qu’il a du mal à voir et à désirer au-délà du porno.

Un beau jour, Don Jon croise le regard de la sublime Barbara (Scarlett Johansson), toujours en boîte de nuit, et se sent tout à coup amoureux. Seulement, de son côté, la jeune femme est totalement intoxiquée de comédies romantiques guimauve, et possède sur l’amour des idées bien précises : on progresse par étapes, et avec un but en tête. Barbara, comme Don, est enfermée dans une vision stéréotypée des rapports hommes-femmes. Peu de place, du coup, pour la spontanéité et l’imprévu. Entre Don et Barbara, forcément, le dialogue va se crisper. Don, qui a repris des études, sympathise avec une femme plus âgée que lui, Esther (Julianne Moore), mystérieuse et cool. Scarlett Johansson joue ici de son image avec une belle autodérision. Julianne Moore est lumineuse, dans un rôle original et intense.

Avec cette première réalisation, Joseph Gordon-Levitt réussit un film amusant et personnel. Sa vision des rapports hommes-femmes est intéressante, assez loin des sentiers battus. Surtout, il parvient à éviter les caricatures trop lourdes : au début du film, il serait facile de se moquer de Don et de Barbara, archétypes, sans grandes nuances. Mais Joseph Gordon-Levitt a la générosité de ne pas condamner ses personnages. À aucun moment, le film ne verse dans le cynisme. Il s’agit, bien plutôt, de s’efforcer de comprendre cette énigme que représente l’autre personne. Si l’on reste fasciné par sa propre image, centré sur soi, difficile d’aimer quelqu’un d’autre. Et le sexe, lui aussi, est un terrain gouverné par des lois étranges, qui ne sont pas nécessairement balisées à l’avance. Joseph Gordon-Levitt ne se livre pas à une charge contre le porno, qui est ici surtout prétexte à la réflexion : les désirs n’ont pas toujours à voir avec le conformisme, heureusement.

Une jolie comédie, pleine de peps et de franchise.

Don Jon, de Joseph Gordon-Levitt, États-Unis, 2013, 1h40, avec Joseph Gordon-Levitt, Scarlett Johansson, Julianne Moore, Tony, Danza, Rob Brown, Brie Larson. Sortie le 25 décembre 2013.

Visuels : © affiche, photo et bande annonce officielles du film

Les trois ans du Centquatre Paris : bilan en quelques chiffres
Hughes Le Bret nous éclaire sur le monde de la « Bank »
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *