A l'affiche
[Critique, Deauville 2015] « Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E » rejoue avec humour les suspenses de la guerre froide

[Critique, Deauville 2015] « Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E » rejoue avec humour les suspenses de la guerre froide

14 septembre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Guy Ritchie, le réalisateur de Snatch et Sherlock Holmes, met en scène trois acteurs en pleine ascension dans un film qui reprend avec humour tous les codes des thrillers de la guerre froide. Un climat sixties et une action soutenue pour deux heures de divertissement de haut vol.

[rating=4]

Début des années 1960. Ancien cambrioleur de génie, Napoleon Solo (le sexy Henry Cavill qui jouera prochainement Superman en face de Ben Affleck en Batman)a muté sa peine de prison en job pour la CIA. Alors qu’un ancien ingénieur nucléaire nazi reconverti au rêve américain a été enlevé par des néo-nazis. La nouvelle mission de Solo est de retrouver la trace de cet homme-clé de la guerre froide. Et pour ce faire il sort sa fille Gaby Teller (Alicia Vidanker, jolie version moderne de Audrey Hepburn) de Berlin-Est. Mais il n’est pas le seul à avoir des vues sur la charmante mécano : du côté des russes le très baraqué Ilya Kuryakin (l’Américain Armie Hammer parfaitement too much dans l’accent slave) doit mettre la main sur elle pour retrouver le papa et la bombe… Les autorités supérieures (avec en guest neutre, un Hugh Grant parfait en agent secret anglais) vont mettre d’accord les deux espions et envoyer le joli trio en Italie où les services de renseignements pensent que l’ingénieur est retenu prisonnier.  Ils débarquent en force à Rome lunettes mouche et habits chics en prime..

Grain d’image de l’époque où les couleurs apparaissent à l’écran, merveilleux costumes ajustés, split screen bien réglé, Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E joue la carte du charme et de la légèreté des années 1960. Le fond du problème a beau être un lieu commun terrifiant : une bombe atomique aux mains de nazis très méchants, l’alliance des russes et des américains épice l’intrigue et permet au film de multiplier clins d’œil et jeux de mots. On ne boude pas son plaisir en suivant les deux grandes poursuites en bagnoles, Alicia Vidanker joue avec grâce le rôle de la James Bond Girl pas trop cruche et le charme des deux jeunes acteurs en pleine ascension joue à plein. Un film énergique, charmant et plein d’ironie et de recul sur tout un « genre » cinématographique qui nous a tous nourris. A voir, sans modération, entre amis ou en famille…

Agents très spéciaux – Code U.N.C.L.E de Guy Ricthie, avec Alicia Vidanker, Henry Cavill, Armie Hammer, Hugh Grant, USA, Warner, 1h57. Sortie le 16 septembre 2015.

visuels : photos et affiche officielles du film

Décès de l’intellectuel Stanley Hoffmann
Christine Barbe à la galerie Eric Mouchet : miroir hypnotique de nos angoisses
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *