A l'affiche
[Critique] « Dancing in Jaffa », documentaire trop mis en scène, mais touchant par sa volonté de réunification

[Critique] « Dancing in Jaffa », documentaire trop mis en scène, mais touchant par sa volonté de réunification

04 mai 2014 | PAR Hugo Saadi

Le conflit israélo-palestinien a toujours inspiré les réalisateurs de chaque côté de la frontière. Cette fois-ci, ce n’est pas un film, mais un documentaire qui présente sous un angle original, les tensions qui perdurent dans la ville de Tel-Aviv et notamment dans le quartier de Jaffa. Dancing in Jaffa propose une vision différente de ce que l’on peut voir assez souvent, néanmoins la danse (répétition et compétition) très présente sortira quelques fois le film de son idée première : la réunification.

Dancing in Jaffa fait partie de la riche sélection du 9ème Panorama des Cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient. Le film sera projeté au Cinéma l’Ecran les 7 et 8 mai, respectivement à 21h et 14h.

[rating=3]

Pierre Dulaine est né à Jaffa en 1944 avant de partir à l’étranger avec sa famille en 1948, une fois la ville arabe passée sous domination juive. Danseur professionnel il souhaite à travers la caméra de Hilla Medalia réaliser son rêve : revenir à Jaffa et faire danser ensemble des enfants juifs et palestiniens pour rapprocher les communautés. Le documentaire ne cherche pas à cacher les tensions qui demeurent entre les deux communautés, que ce soit chez les enfants ni surtout chez les parents. Très vite, on se retrouve au cœur des écoles, dans les réunions où Pierre Dulaine présente son projet de danse. Refus, légères disputes, le danseur craint soudain que son rêve ne puisse pas se réaliser tant la haine de l’autre est ancrée dans les mentalités et dans la personnalité de chacun. Après de nombreuses séquences entre les parents, les professeurs et les élèves, on découvre que finalement certains sont prêts à réconcilier les deux religions ennemies. S’ensuit alors de nombreuses et longues scènes de répétition de danse qui avortent une possible analyse originale du conflit sur les enfants et des préjugés qu’ils développent. Tant pis, les enfants, par leur maladresse et leurs réactions permettent à eux seuls d’analyser le conflit.

Car le soucis premier de Dancing in Jaffa est son manque de démarche documentaire. Le film est trop écrit et trop mis en scène. Rien ne semble naturel et la réalisatrice cherche trop souvent à susciter l’émotion du spectateur. Les interventions entre parents semblent souvent trop préparées et on ressent alors un manque de liberté vis-à-vis des intervenants et une volonté de délivrer un message de tolérance. Outre cela, Pierre Dulaine est en grande forme dans le film, il insuffle un rythme agréable, nous prend par la main et rend le film agréable à suivre malgré les quelques défauts précédemment soulignés.

Dancing in Jaffa, un film de Hilla Medalia, avec Pierre Dulaine, Yvonne Marceau, Noor Gabai, documentaire, 1h24. Sortie le 2 avril 2014.

visuels © Pretty Pictures

Le principal problème du prince Prudent de Christian Oster
[Critique] « The Amazing Spider-man 2 Le destin d’un héros » Marc Webb et Andrew Garfield toujours au dessus de Sam Raimi
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture