A l'affiche
[Critique] « Concerning Violence » : une expérience unique et poignante entre témoignage et mise en garde

[Critique] « Concerning Violence » : une expérience unique et poignante entre témoignage et mise en garde

04 novembre 2014 | PAR La Rédaction

À la publication du texte de Frantz Fanon The Wretched of the Earth (les Damnés de la Terre) en 1961, fut immédiatement interdit en France. Ce qui n’est pas une grande surprise à la découverte du point de vue qui y est exposé. Le texte dénonce, sans compris, la violente et inévitable réplique du peuple oppressé, martyrisé, colonisé. Méconnu en France, Fanon est un philosophe anticolonialiste martiniquais qui écrivit ce texte à la fin de sa vie. Le documentaire Concerning Violence, Nine Scenes From the Anti-Imperialistic Self-Defense du réalisateur suédois Gören Hugo Olsson est inspiré par cet ouvrage.

[rating=4]

À la suite d’un travail monumental de tri et de sélection d’images d’archives, provenant des médias suédois, tournées en Afrique entre 1966 et 1987, Olsson a littéralement mis des images sur les mots de Fanon. De la guerre d’indépendance en Angola au front de libération nationaliste du Mozambique, les images sont certes provocantes mais avant tout bouleversantes, elles sont vraies.

Le réalisateur, à la recherche d’une narratrice qui porterait le texte à l’écran, apprend par des amis communs que la chanteuse soul Lauryn Hill est une grande amatrice de Fanon. Il lui fait alors parvenir une lettre accompagnée d’un scénario, alors qu’elle est incarcérée pour des problèmes fiscaux. Très rapidement la chanteuse lui répond « C’est incroyable, ici dans ma cellule je lis Fanon tous les jours ». Elle fut libérée un vendredi et dès le lundi matin elle était en studio à enregistrer la voix off du film.

Les neuf chapitres qui découpent le documentaire en mosaïque examinent progressivement le processus de colonisation et ses conséquences dévastatrices. On assiste à une exploration de la colonisation et à travers elle, la violence pure, déployée devant nous avec une rythmique implacable.

Portés par la voix passionné et pleine de conviction de Lauryn Hill, les mots de Fanon s’inscrivent sur l’écran comme une lourde sentence « At the level of individuals, violence is a cleansing force ». Ils interagissent subtilement avec l’image en s’apportant mutuellement du contexte, de la force. C’est une expérience inédite, intense et puissante.

Au delà d’un hommage au texte original, Gören Hugo Olsen lance un appel à la remise en question, il fait savoir que ce texte, tout comme les images qui l’accompagnent sont contemporains, et toujours d’actualité.

« Concerning Violence » ne laisse pas indifférent, grâce à un flot d’images brutes et un texte qui appelle au changement, le documentaire confronte à une réalité intolérable et veut mettre fin à l’aveuglement général.

Valentine FATH

Darren Aronofsky présidera le prochain Festival International du Film de Berlin
Antoine Valodine remporte le prix Médicis 2014
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture