A l'affiche
[Critique] « Cerise » Zoé Adjani en pleine révolution ukrainienne dans une étrange comédie du réalisateur de Paulette

[Critique] « Cerise » Zoé Adjani en pleine révolution ukrainienne dans une étrange comédie du réalisateur de Paulette

04 avril 2015 | PAR Gilles Herail

Cerise souffre de faiblesses d’écriture, d’une interprétation inégale et d’un vrai manque de cohérence dans sa tonalité. Si le film n’est clairement pas une grande réussite, il intrigue pourtant en inscrivant sa chronique adolescente caricaturale dans un cadre très inattendu, faisant écho à l’actualité de la révolution ukrainienne. Improbable mais pas banal.

[rating=2]

Synopsis officiel: Cerise a 14 ans, mais elle en paraît 20. Cerise a grandi à côté du périphérique, mais la voilà exilée en Ukraine. Cerise se maquille outrageusement, mais elle a encore des rêves de petite fille. Cerise ne connaît pas son père, pourtant elle doit vivre avec. Cerise ne s’est jamais intéressée qu’à sa petite personne, et la voilà plongée dans une révolution ! Cerise ou les pérégrinations d’une adolescente à la recherche de l’amour absolu… à la recherche d’elle même.

Jérôme Enrico avait connu un joli succès populaire il y a deux ans avec Paulette. Une comédie pleine de défauts mais incontestablement sympathique, suivant une mamie indigne raciste (Bernadette Lafont) découvrant les bonheurs lucratifs du trafic de drogue. Sans grosse promo ni soutien de la presse, le film s’était maintenu en salles grâce au bouche-à-oreille pour devenir un petit phénomène de box-office et dépasser le million d’entrées. Cerise ne gomme pas les défauts de fabrication de Paulette et reste faible sur l’écriture, la direction d’acteurs inégale selon les scènes et ses choix scénaristiques. Il est difficile de s’attacher à cette ado ultra caricaturale pourtant interprétée par une Zoé Adjani assez charismatique. Les personnages des parents sont dessinés à la hache et il faut s’accrocher pour croire à leur évolution. Les saillies comiques connaissent des hauts et des bas mais il faut reconnaître une certaine drôlerie quand le film ose le décalage. Notamment avec un running-gag croustillant sur un chanteur à la Matt Pokora qui donnera une scène surréaliste magistrale de clip RNB réinterprété par Lénine.

Jérôme Enrico conserve un vrai regard pour capter la malice des petits vieux et nous propose ici un incroyable casting de visages ridés pétillants, que l’on croirait tout droit sortis d’un dessin animé de Miyazaki. L’amitié qui se noue entre l’ado insupportable et un club de mamies ukrainiennes est pleine de tendresse et les répliques djeuns mal écrites du début laissent place à une communication improvisée, utilisant les gestes, la danse, les magazines féminins, les rires. L’actualité en Ukraine qui a rattrapé la production du film apporte également un réalisme étonnant dans ce genre de productions. La thématique de la révolution s’intègre au récit et la comédie bruyante pour ados se mâtine alors d’une chronique politique contemporaine. Le tout ne fonctionne que par à coups mais l’ambition était loin d’être inintéressante. Un drôle de mélange.

Gilles Hérail

Cerise, une comédie française de Jérôme Enrico avec Zoé Adjani-Vallat, durée 1H30, sortie le 2 avril 2015

Bande-annonce et visuels officiels.

[Critique] « Fast and Furious 7 » Vin Diesel retrouve Paul Walker une dernière fois dans une série toujours aussi attachante
Box Office France semaine : 640.000 entrées pour la version live de « Cendrillon » qui devance « Diversion » avec Will Smith
Gilles Herail

One thought on “[Critique] « Cerise » Zoé Adjani en pleine révolution ukrainienne dans une étrange comédie du réalisateur de Paulette”

Commentaire(s)

  • vassaux catherine

    Personnages français trop caricaturés. Cependant ce film permet aux ados de prendre conscience des difficultés reelles du peuple ukrainien, et surtout de se dire: j’ai de la chance, moi en France!

    avril 14, 2015 at 22 h 26 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *