A l'affiche
[Critique] Brahim Asloum enfile les gants de « Victor Young Perez »

[Critique] Brahim Asloum enfile les gants de « Victor Young Perez »

15 novembre 2013 | PAR La Rédaction

L’ancien champion de boxe (l’unique médaillé d’or olympique français à avoir décroché un titre mondial professionnel) nous met k.o avec son interprétation de Victor Young Perez, un jeune boxeur juif d’origine arabe, déporté durant la seconde guerre mondiale.

[rating=4]

Victor Young Perez a disputé dans sa vie (né le 18 octobre 1911 et décédé le 22 janvier 1945) 136 combats, 91 victoires dont 27 par K.0. C’est à l’occasion de son ultime combat en tant que prisonnier du camp de déportation de Monowitz, face à Kutz un soldat allemand, 20 centimètres et 20 kilos de plus que lui, que nous découvrons dans un flash back sa jeunesse à Tunis avec son frère Benjamin et ses amis Rachid et Maxo, mais également ses débuts de boxeur, son ascension parisienne, sa gloire, sans oublier Mireille l’amour de sa vie, puis sa descente aux enfers.

Le scénario inspiré de l’histoire vraie de Victor Younki dit Victor Young Perez est clair, pourtant le traitement des personnages manque de profondeur à l’exception de celui du personnage principal. Les scènes d’avant-guerre manquent sincèrement de relief et sont légèrement influencées par le format actuel des séries télé mais contrastent avec les scènes tournées dans le camp de concentration qui sont poignantes de réalisme et d’authenticité.

C’est dans le rôle de Victor Young Perez, un jeune boxeur juif tunisien qu’on retrouve Brahim Asloum. Si ce dernier est un ancien boxeur qui a fait ses preuves (champion du monde WBA des poids mi- mouches en 2007) et que c’est un atout crédibilité pour le rôle, lorsqu’on entre dans le film on se demande s’il saura assez bien jouer pour nous émouvoir. Les doutes se dissipent dès les premières scènes et l’ancien sportif prouve très rapidement qu’il est un formidable acteur. Plus que crédible dans ce rôle qu’il endosse Brahim Asloum est bouleversant. Jacques Ouaniche, le réalisateur, a cru en lui et il a eu raison « Il était champion du monde de boxe et ressemblait beaucoup physiquement à Young Perez … il s’agissait de savoir si ça l’intéressait et s’il s’en sentait capable. Nous nous sommes rencontrés. C’est devenu comme une évidence ».

Entouré pour ses premiers pas au cinéma de Steve Suissa qui incarne Benjamin son grand frère, d’Isabella Orsini, la femme dont il tombera éperdument amoureux sans oublier Patrick Bouchitey et Davy Sardou, Asloum nous propose une interprétation particulièrement touchante et réussie. Lors de ce duel Brahim Asloum est déchirant « … j’étais vraiment devenu Victor Young Perez. » On prend avec lui chaque coup, on tombe quand il tombe et on saigne quand il saigne. Il réussira à nous faire partager sa douleur et sa force. Tourner un film ou combattre demande probablement le même entrainement, beaucoup de préparation, de la rigueur, de la concentration et puis on s’apprête à prendre des coups. « Pendant le tournage, j’ai d’ailleurs réalisé que j’éprouvais exactement la même sensation que sur le ring » dit-il. Avec ce premier rôle Brahim Asloum remporte une victoire.

« Victor Young Perez » un film de Jacques Ouaniche, avec Brahim Asloum, Steve Suissa, Isabella Orsini, Patrick Bouchitey et Davy Sardou
Durée : 1h50. Date de sortie mercredi 20 novembre 2013.

Alexandra Bansard

http://www.dailymotion.com/video/x16x1ik_victor-young-perez-bande-annonce-vf_shortfilms

Sorj Chalandon remporte le Goncourt des lycéens
[Critique] Quartett à l’Opéra de Lille : une vertigineuse illusion d’optique
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture