A l'affiche

[Critique] « Beyond Clueless », réjouissante somme du teen-movie

[Critique] « Beyond Clueless », réjouissante somme du teen-movie

07 mai 2015 | PAR Matthias Turcaud

Le précoce Charlie Lyne nous invite à une incursion dans le teen-movie très personnelle et on ne peut plus éloignée du catalogue. Un réjouissant film de montage pur.

[rating=3]

Journaliste freelance, fondateur du blog Ultra Culture, rédacteur dans The Guardian et plus jeune membre d’un cercle d’éminents critiques britanniques – il n’est âgé que de 24 ans -, Charlie Lyne propose dans Beyond Clueless de subsumer plus de 200 teen-movies pour établir une sorte de somme extrêmement personnelle de ce genre très codifié et très américain.

Ce qui n’aurait pu être qu’un catalogue plat s’avère au contraire un passionnant voyage au coeur d’une culture et d’une société, ainsi qu’un film à part entière, une oeuvre de montage virtuose dans laquelle Charlie Lyne arrive à imposer son regard propre même si aucune image n’est de lui, à la faveur d’un très rigoureux travail d’écriture en amont.

En effet, ce voyage au coeur du teen-movie est jalonné de différentes étapes, servant à ménager une fine progression thématique : au menu « S’adapter » (« Fitting In »), « S’émanciper » (« Acting Out »), « Se perdre » (« Losing yourself »), « Franchir la ligne » (« Toeing the line »), « Avancer » (« Moving on »).

Tout sauf un catalogue plan-plan, le premier film de Charlie Lyne permet une réflexion sur la vision de l’adolescence offerte par le cinéma – sans hiérarchisation des films. C’est ici un cinéphile gourmand et sans oeillères qui s’exprime – comparable, en cela, à un Tarantino s’étant forgé sa culture cinéphile sur le tas, dans une boutique de location de vidéos en Californie.

La grande portion de films horrifiques ou fantastiques représentés – à commencer par le Spiderman de Sam Mendes qui clôt le long -métrage – dit par exemple la vision d’une adolescence comme période maléfique, ou encore l’éveil de la sexualité comme phénomène diabolique dans une Amérique encore très puritaine et religieuse.

Raconté par Fairuza Balk – actrice emblématique du genre -, et scandé par la musique d’Elizabeth Sankey et Jeremy Warmsley, Beyond Clueless est aussi un film souvent solaire et doux malgré une assez grande touche d’amertume : le film d’un critique mais pas pour autant dénué d’un vrai plaisir de cinéma, imputable peut-être à la verdeur et à la fougue de son auteur. Une belle découverte.

Crédits photos : photos officielles du film.

Beyond Clueless, réalisé par Charlie Lyne. Grande-Bretagne. 1h29. Sorti le 29 avril 2015.

Désirades au Théatre de Belleville
Les vernissages de la semaine du 7 mai
Matthias Turcaud
Titulaire d'une licence en cinéma, d'une autre en lettres modernes ainsi que d'un Master I en littérature allemande, Matthias, bilingue franco-allemand, est actuellement en Master de Littérature française à Strasbourg. Egalement comédien, traducteur ou encore animateur fougueux de blind tests, il court plusieurs lièvres à la fois. Sur Toute La Culture, il écrit, depuis janvier 2015, principalement en cinéma, théâtre, ponctuellement sur des restaurants, etc. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *