A l'affiche
[Critique] « Au Fil d’Ariane » : les plaisirs partagés de Robert Guédiguian

[Critique] « Au Fil d’Ariane » : les plaisirs partagés de Robert Guédiguian

17 juin 2014 | PAR Olivia Leboyer

Comme le souligne explicitement le titre, ce film est une fantaisie libre, un bout rimé. Robert Guédiguian a choisi de se faire plaisir, en confectionnant un gros film-gâteau tout rose bonbon. Indigeste ? Quand on aime Guédiguian, on en reprend quand même une part…

[rating=3]

Une maquette d’architecte, presque une maison de poupées, dans laquelle la pimpante Ariane met la dernière main à son gâteau d’anniversaire, tout en sucre glace. A l’image de ce gâteau, le film ne se refuse aucune fioriture : les invités attendus ne viennent pas et, meurtrie, Ariane prend la route, librement. Elle s’en va, mais pas comme Catherine Deneuve : là où Emmanuelle Bercot filmait un saut dans l’inconnu, Robert Guédiguian déroule avec malice un parcours bien familier. En chemin, Ariane rencontre ses deux amours Jean-Pierre Darroussin et Gérard Meylan, ses jeunes amis Anaïs Demoustier et Lola Naymark, soit tous les acteurs fétiches de Guédiguian. La mer, le soleil, les amis, le dépaysement n’est pas bien grand ! Tout est pareil et légèrement distordu en même temps, comme dans les rêves. Le principe est amusant : se perdre pour mieux se retrouver.

La série d’hommages (Fellini, Jean Ferrat, Marcel Carné, l’Opéra, etc.) a quelque chose d’un peu exaspérant. Mais Ariane Ascaride joue à plein, de la femme blessée à la petite jeune fille en rose qu’elle est toujours : elle nous tient sous son charme.

Au fil d’Ariane, de Robert Guédiguian, France, 2014, 1h32, avec Ariane Ascaride, Jacques Boudet, Jean-Pierre Darroussin, Anaïs Demoustier, Youssouf Djaoro, Adrien Jolivet, Gérard Meylan, Lola Naymark, la voix de Judith Magre. Sortie le 18 juin 2014.

Visuels : (c) affiche, photo et bande annonce officielles du film.

The Libertines de retour sur la scène
Guide de la séance photo chez Dunod
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture