A l'affiche

[Chronique] Les garçons et Guillaume, à table, Gallienne dit aux femmes qu’il les aime

[Chronique] Les garçons et Guillaume, à table, Gallienne dit aux femmes qu’il les aime

31 octobre 2013 | PAR Yaël Hirsch


 

 

Après plusieurs années de one man show, le film extrait de la pièce de l’émouvant Guillaume Gallienne a fait un véritable triomphe à la Quinzaine des Réalisateurs, puisqu’il a raflé le prix artcinéma et celui de la SACD. Le film est une suite de sketchs réussis sur un jeune bourgeois en quête de son identité sexuelle. Il est bien parti pour le succès, à sa sortie, le 20 novembre, à cause ou malgré la déclaration d’amour univoque et obsessionnelle du comédien aux femmes?

[rating=3]

Né dans une famille plutôt huppée et parisienne, Guillaume a toujours été le préféré de sa maman. Allergique au sport et à toute forme d’effort ou violence physique, il imite sa chère génitrice (que Gallienne interprète lui-même) jusque dans ses moindres gestes et tente ainsi de percer le mystère de l’éternel féminin. L’accent russe pragmatique de la grand-mère (Françoise Fabian) et le désarroi du père (excellent André Marcon) n’y peuvent mais, le « petit » et sensible Guillaume ne s’identifie pas « aux garçons », ses robustes frères… De pension de garçons en boarding schools anglaises, son adolescence semble alors être une immense, pénible et vaine cure pour lutter contre son homosexualité…

Avec beaucoup de finesse dans le relevé et l’imitation de petites manies, l’adaptation du one man show reste un one man movie très théâtral où l’on ne perd pas le sel de la voix haut perchée et des escarpins classiques de la maman. Fraîchement adoubé chevalier de la légion d’honneur, Guillaume Gallienne ne démérite pas avec ce film qui va amener avec un plus grand public encore ses saynètes fines sur des clichés de classe sociale et de genre qui le sont souvent malheureusement beaucoup moins. Si l’on doit donc faire un reproche à ce film, ce n’est pas tant qu’il s’agisse de théâtre filmé, mais plutôt qu’il risque de mettre une partie de son public mal à l’aise. En effet, si nous partageons la sympathie et l’enthousiasme de notre collègue qui l’a vu à Cannes (voir la critique), il peut aussi sembler qu’à force de présenter les femmes dans la minutie de leurs détails les plus séduisants et les hommes;, soit comme des objets sexuels ou des clichés de machos obtus, « Les garçons et Guillaume, à table! » laisse le sexe fort de côté. La déclaration d’amour de Guillaume Gallienne va de paire (ou de père) avec une série de clichés trop grossiers sur les hommes, même s’il s’explique par un dernier rebondissement, le déséquilibre laisse planer un sentiment ambigü sur la jolie épopée d’éducation sentimentale qui nous est proposée… Un film à prendre tel quel, donc, perché sur ses longues échasses frappant les trois coups de la domination féminine…

« Les garçons et Guillaume, à table ! » un film et un scénario de Guillaume Galliene avec Guillaume Galliene, André Marcon, Françoise Fabian, Nanou Garcia, Diane Kruger. France, Gaumont, 1h25, Sortie le 20 novembre 2013.

L. Falque et B. Bougon, Pratiques de la décision
Gagnez 2 places pour le concert de Tyler Ward à la Flèche d’Or le 9 novembre
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *