A l'affiche

[Cannes, Quinzaine] « National Gallery », documentaire contemplatif mais passionnant sur le musée britannique

[Cannes, Quinzaine] « National Gallery », documentaire contemplatif mais passionnant sur le musée britannique

18 mai 2014 | PAR Hugo Saadi

Frederic Wiseman est une référence en matière de films documentaires. En début d’année il nous plongeait pendant plus de 4 heures dans le campus de la prestigieuse université américaine de Berkeley, cette fois-ci il a posé sa caméra à Londres, pour nous faire entrer dans les coulisses de la National Gallery. Un peu trop contemplatif, le film est malgré tout très riche. A réserver à un public averti.

[rating=3]

 

Les cinémas proposent désormais des retransmissions de concerts et d’opéra, avec National Gallery, Frederick Wiseman offre en quelque sorte une visite guidée 3.0 du musée britannique. D’une durée avoisinant les trois heures, le film peut en dérouter plusieurs par son traitement très contemplatif, sans voix off et exposant une succession de moments qui rythment le quotidien du musée. On se retrouve alors à suivre une visite guidée pour enfants, une conférence pour professeurs, des cours d’analyse d’image, des cours de dessins, de simples visites commentées ou encore des réunions du conseil de gestion de la National Gallery. Et c’est avec cette entrée dans les coulisses que le réalisateur de 84 ans nous passionne vraiment. Les interrogations sur le budget, les partenariats ou encore sur les prochaines expositions, la caméra suit les multiples discussions entre les membres du conseil qui doivent gérer le bon fonctionnement du musée donnent lieu à des scènes captivantes.

A part ça, Wiseman se contente de filmer des visites guidées, des interviews sans jamais vraiment s’accaparer son sujet. Il reste sur le côté tel un spectateur lambda qui aurait amené avec lui sa caméra. Il serait toutefois mensonger de ne pas mentionner le très bon travail de montage réalisé où les déambulations des visiteurs dans les différentes salles servent de transition entre les nombreuses interventions. En effet, National Gallery est une mine d’or pour les passionnés d’art et de peinture en particulier. Il filme les visites dans leur intégralité procédant à très peu de coupes ce qui explique la longueur du métrage. De fait, il y en a pour tous les goûts. Des analyses des tableaux de Rembrandt, Watteau ou encore Vermeer en passant par les explications des techniques de restauration d’un Turner ou d’un Vélasquez, le film est riche en informations, mais par moments un peu trop technique.

Le manque d’implication de Wiseman dans son documentaire peut donc faire défaut, mais il en résulte malgré tout un bel hommage au musée de Trafalgar Square et il nous permet de suivre une visite commentée des oeuvres depuis notre fauteuil. Les trois heures peuvent être longues, le film est à réserver à un public averti.

 

 

National Gallery, un film de Frederic Wiseman, documentaire américain. 2h54. Sortie le 3 septembre 2014.

visuels © Sophie Dulac

La revue de web de la semaine
Cannes, jour 4 : la mélancolie de Saint-Laurent, visite de la National Gallery, DSK s’immisce près du Palais et Alice Rohrwacher en compétition
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *