A l'affiche
[Cannes, Quinzaine] « Catch Me Daddy », un thriller sans épaisseur qui nous sème rapidement

[Cannes, Quinzaine] « Catch Me Daddy », un thriller sans épaisseur qui nous sème rapidement

17 mai 2014 | PAR Hugo Saadi

Nommé également pour la Caméra d’Or, Daniel Wolfe présente ici son premier film. Catch Me Daddy . Autant le dire d’entrée de jeu, le réalisateur ne convainc pas en livrant un film plat et sans grand intérêt.

[rating=2]

L’ouverture du film semblait prometteuse avec une ambiance mystique dans la campagne anglaise du Yorkshire et l’entrée dans le mobile-home de Laila et de son petit-ami. Pendant un long moment, Daniel Wolfe n’en dira pas plus, il nous laisse nous familiariser avec les alentours, préparant le terrain d’une traque qui va s’étaler sur un peu moins de deux heures. Il se focalise ensuite sur deux groupes. Le premier est constitué du frère de Laila missionné par son père pour venir la récupérer après qu’elle ait quitté le domicile familial, tandis que le second est plus costaud, plus brutal, composé de deux mercenaires payés par le père pour la retrouver aussi. Après un élément brutal, la traque prend une tout autre tournure, devenant de plus en plus violente.

Catch Me Daddy avait de quoi séduire, mais le manque de consistance, de profondeur et de background des personnages font rapidement défaut. Le réalisateur britannique nous met  devant le fait accompli, on ne sait rien sur la jeune fille, sur la famille, les raisons du départ etc … Reste alors un simple jeu du chat et de la souris qui ne passionnera pas longtemps. Il en découle également un manque d’empathie avec les deux personnages pourchassés qui a pour effet de ne pas mettre sous tension le spectateur qui n’éprouvera aucune émotion durant tout le film. Ce manque d’épaisseur rend le film lambda et ne permet pas une compréhension totale de l’intrigue. Ajoutons à cela des épisodes très violents qui sortent de nulle part, mais qui ont pour premier effet de réveiller le spectateur… On retiendra malgré tout la performance du jeune Conor McCarron qui est saisissant et émouvant, l’un des seuls (il était déjà brillant dans Neds) , une ambiance sombre et sordide réussie ainsi que la bande originale rock N Roll assez agréable.

Catch me Daddy, un film de Daniel Wolfe, avec Sameena Jabeen Ahmed, Conor McCarron, Anwar Hussain, thriller britannique, 1h47. Prochainement au cinéma.

[Cannes, Quinzaine] « Gett – Le procès de Viviane Amsalem », un huis clos judiciaire captivant de A à Z
Secrets & curiosités des monuments de Paris de Dominique Lesbros
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture