A l'affiche

« À l’ouest du Jourdain », un docu puissant et riche sur la brûlante question palestinienne [Cannes 2017, Quinzaine]

« À l’ouest du Jourdain », un docu puissant et riche sur la brûlante question palestinienne [Cannes 2017, Quinzaine]

21 mai 2017 | PAR Hugo Saadi

Il n’était pas venu à Cannes depuis 35 ans et la sélection de son premier film à la Quinzaine des Réalisateurs : Amos Gitai revient avec À l’ouest du Jourdain, un documentaire passionnant sur les relations israélo-palestiniennes. 

[rating=4]

En présentant son film, Amos Gitai a déclaré avoir voulu le réaliser en tant qu’acte citoyen : « j’aime mon pays, je me vois comme un architecte, mais je suis troublé par la direction que prend mon pays ». Débuté par des rencontres dès 1994, Amos Gitai a constitué un long travail cinématographique. Il offre, avec A l’ouest du Jourdain, une chronique des relations entre Israël et la Palestine. Véritable archéologue, il fait de ce nouveau film un futur document historique, condensé d’archives qu’il a lui-même tournées. Il y compile des scènes de vie quotidienne, des rencontres avec des dirigeants politiques ou de simples habitants, mais également des avis de journalistes et d’experts.

Bien documenté, A l’ouest du Jourdain est même parfois un peu trop bavard. Amos Gitai a le mérite d’alterner les points de vue de ses intervenants et de ne pas aller dans une seule voie, l’opposition permettant de comprendre certaines situations, notamment le blocage sur la question des colonies. À travers ce documentaire, le réalisateur israélien délivre un propos peu véhiculé dans les médias et susceptible d’ouvrir les esprits sur cette situation qui dure depuis très longtemps. Et il en est bien question lors de la dernière scène, pleine de sens et qui permet d’entretenir une dose d’espoir pour l’avenir.

À l’ouest du Jourdain, un film documentaire d’Amos Gitaï. 1h28. Prochainement au cinéma.

Visuels © DR

« Mobile Homes » [Cannes 2017, Quinzaine]
« Téhéran Tabou », l’animation pour dénoncer la répression iranienne [Cannes 2017, Semaine]
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *