A l'affiche

Après la Guerre, un film politique de Annarita Zambrano [Cannes, Un Certain Regard]

Après la Guerre, un film politique de Annarita Zambrano [Cannes, Un Certain Regard]

24 mai 2017 | PAR Yaël Hirsch

Après la Guerre, le premier long-métrage d’Annarita Zambrano nous plonge dans le refoulé des années de plomb. Un film politique fort, entre Italie et France.
[rating=4]

L’assassinat d’un juge par un groupe se revendiquant en 2002 d’une section des Brigades rouges ayant opéré de 80 à 85 replonge la famille d’un des leaders de ce groupe terroriste, Marco Lamberti, dans les affres du passé. Alors que la loi Mitterrand a permis à plusieurs jeunes révolutionnaires violents de revenir à une vie normale et que certains, comme Marco, ont recommencé une vie en France et fondé des familles, l’absence de loi d’amnistie, le réveil politique d’un passé enfoui, et la tentation de la France d’extrader les extrémistes italiens jugés coupables en Italie et réfugiés en France, bouleverse des vies…

Centré sur le retour du refoulé et la douleur des familles (la sœur et la mère en Italie, la fille née après en France) plutôt que sur la repentance -ou non- d’un jeune révolutionnaire qui a tué pour la cause, Après la Guerre fonctionne plus comme un drame psychologique naturaliste que comme un thriller politique. Il y a plus de Jean Renoir que de Fellini dans l’image mate et précise que propose Annarita Zambrano pour nous parler des fantômes du passé italien qui circulent entre Bologne et Paris, et qui, de 20 ans en 20 ans condamnent trois générations. Un premier film intéressant qui propose de montrer par les images et la fiction que l’on n’a pas assez réfléchi aux causes et aux conséquences de la révolte de la jeunesse des années 1980. Une révolte qui, en Italie, est allée jusqu’au sang.

Après la Guerre, de Annarita Zambrano, avec Giuseppe Battiston, Barbora Babulova, Charlotte Cétaire, Marilyne Canto, Jean-Marc Barr, Italie, 2016, 92 min. Pyramide Distribution. En compétition dans la section « Un Certain Regard ».

visuel : photo officielle

Nicht Schlafen : l’apocalypse démente d’Alain Platel ouvre la MC93
Cannes, jour 7 : Kawase voyante, la révélation Laetitia Dosch, interview de Kiyoshi Kurosawa
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *