A l'affiche

Agenda des sorties ciné du 25 octobre

Agenda des sorties ciné du 25 octobre

25 octobre 2017 | PAR Guillaume Laguinier

Amis cinéphiles, la sélection cinéma de la semaine devrait combler toutes vos attentes. Les plus littéraires pourront, dès demain, découvrir l’adaptation du prix Goncourt 2017 Au revoir là-haut par Albert Dupontel. De son côté, Vincent Macaigne livre un premier court-métrage aux allures de  véritable dissection des rapports humains avec Pour le réconfort. Pour ceux dont le moral est en berne, c’est peut être chez Tarek Boudjali qu’il faudra le chercher, le réconfort: le réalisateur est de retour dans les salles avec Épouse moi mon pote. Bonne séance ! 

Au revoir là-haut, d’Albert Dupontel

Adaptation du roman du même nom de Pierre Lemaitre, Au revoir là-haut raconte l’incroyable arnaque montée par deux anciens soldats à la sortie de la première guerre. Le premier, défiguré, est un peintre de génie, le deuxième un modeste comptable. Ces deux êtres abîmés vont lancer une redoutable arnaque aux morts, dans une France qui fait du souvenir un sacerdoce. Le film connaitra t’il le même succès en salle que le livre auprès des lecteurs, et du jury du prix Goncourt qui récompensa Lemaitre en 2013?

Brooklyn Yiddish, de Joshua Z. Weinstein 

Menashé (Menacé Lustig) sait qu’il n’a rien d’un père idéal : simple magasinier, vivant dans un petit appartement, il n’est pas riche. Il ne déborde pas non plus d’énergie, lesté par des dizaines de kilos en trop, qui le maintiennent dans une torpeur un peu résignée. Mais il a néanmoins de l’amour à donner à son fils (adorable Ruben Niborski), et cela, il le revendique. Dans la tradition hassidique, si un homme perd sa femme, les enfants sont confiés à une famille avec une mère, le temps que le veuf se remarie. Menashé se rend compte qu’il ne peut pas enchaîner, sans temps mort, ces étapes obligées. Pour une fois, cet homme tranquille a besoin de souffler, et de se reprendre. Aussi demande-t-il au Grand Rabbin de lui accorder une semaine en tandem père-fils. Si l’entourage se montre sceptique, le Rabbin témoigne une certaine bienveillance. Alors Menashé tente d’organiser un quotidien, entre réveils difficiles, petit-déjeuners bâclés, au Nutella, cuites un peu déplacées.

Corps et âmes, de Ildiko Enyedi 

Mária, nouvelle responsable du contrôle de qualité et Endre, directeur financier de la même entreprise, vivent chaque nuit un rêve partagé, sous la forme d’un cerf et d’une biche qui lient connaissance dans un paysage enneigé. Lorsqu’ils découvrent ce fait extraordinaire, ils tentent de trouver dans la vie réelle le même amour que celui qui les unit la nuit sous une autre apparence…

Épouse moi mon pote, Tarek Boudali

Yassine, jeune étudiant marocain vient à Paris faire ses études d’architecture avec un visa étudiant. Suite à un événement malencontreux, il rate son examen, perd son visa et se retrouve en France en situation irrégulière. Pour y remédier, il se marie avec son meilleur ami. Alors qu’il pense que tout est réglé, un inspecteur tenace se met sur leur dos pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’un mariage blanc…

Sans Adieu, Christophe Agou

Dans sa ferme du Forez, à l’est du Massif Central, Claudette, 75 ans, se bat pour rester digne face à une société qui n’a plus grand-chose à faire d’elle, et dont elle a du mal à accepter et à suivre l’évolution. Le monde moderne avale chaque jour un peu plus ses terres, ses bêtes et celles de ses voisins. Comme elle, Jean, Christiane, Jean-Clément, Raymond, Mathilde et tous les autres résistent et luttent au quotidien pour préserver leurs biens… leur vie.

Pour le réconfort, de Vincent Macaigne

Pascal et Pauline reviennent sur les terres de leurs parents après des années de voyage, et se retrouvent dans l’impossibilité de payer les traites du domaine. Ils se confrontent à leurs amis d’enfance qui eux, d’origine modeste, n’ont jamais quitté leur campagne. Et à Emmanuel surtout, qui veut racheter leur terrain au meilleur prix pour l’expansion de ses maisons de retraite. Entre les amitiés d’hier et les envies de demain, la guerre aura-t-elle lieu ?

© Affiche officielle.

AMOK de Stephan Zweig au Lucernaire
[Interview] Vincent Macaigne vous parle de son premier film « Pour le Réconfort »
Guillaume Laguinier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *