A l'affiche
Agenda cinéma de la semaine du 23 février

Agenda cinéma de la semaine du 23 février

23 février 2022 | PAR Yohan Haddad

Un film russe multi-primé, une nouvelle adaptation de Simenon ou encore une histoire d’amour géorgienne sont au programme de ce mercredi 23 février… Suivez le guide !

Les Poings desserrés de Kira Kovalenko

Grand prix de la section Un Certain Regard du dernier Festival de Cannes, le premier film de Kira Kovalenko s’impose comme le renouveau d’un cinéma russe s’exportant enfin hors de Moscou pour aller filmer les régions de l’Ossétie du Nord. Dans ce film coup de poing, une jeune femme va tenter de s’extirper du noyau familial alors qu’elle est prise au piège par un père tyrannique. Une oeuvre bouleversante et ouvertement féministe.

Maigret de Patrice Leconte

À 73 ans, Gérard Depardieu endosse pour la première fois le rôle du célèbre commissaire dans cette nouvelle adaptation de l’oeuvre de George Simenon. Patrice Leconte convoque ici une certaine mélancolie pour faire briller, plus que jamais, le talent immortel de Depardieu, pour une enquête tout en noirceur. C’est également le dernier rôle de André Wilms, disparu le 9 février dernier.

Sous le ciel de Koutaïssi de Alexandre Koberidze

Remarqué au Festival de Berlin et Premiers Plans d’Angers, où il remporte le grand prix, le premier film d’Alexandre Koberidze raconte l’histoire d’amour entre Lisa et Giorgio, qui se rencontrent dans les rues de Koutaïssi en Géorgie. Un conte rêveur qui réinvente le genre de la comédie romantique.

Ils sont vivants de Jérémie Elkaïm

Le premier long-métrage de Jérémie Elkaïm relate l’histoire vraie de Béatrice, jeune veuve qui accueille chez elle un jeune professeur iranien réfugié en France. Marina Foïs y livre une belle performance pour un film qui semble plus important que jamais dans le contexte politique de notre époque.

Un peuple d’Emmanuel Gras

Un peu plus de trois ans après le début du mouvement des Gilets Jaunes, Emmanuel Gras leur consacre un documentaire en suivant le parcours d’un certain nombre de personnes manifestant à Chartres. Un autre film important qui s’inscrit directement dans le contexte politique de ces cinq dernières années, à seulement quelques mois d’une nouvelle élection présidentielle.

Visuel : Affiche du film Maigret de Patrice Leconte

Carte noire nommée désir, Rébecca Chaillon prend le racisme par les racines
« Encore une fois », une opérette comique et déjantée !
Yohan Haddad

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture