A l'affiche
[ACID] « Scaffolding », la révélation Matan Yair

[ACID] « Scaffolding », la révélation Matan Yair

20 mai 2017 | PAR Yaël Hirsch

Premier film du réalisateur israélien Matan Yair, Scaffolding (en français « échafaudages ») est sans conteste l’une des révélations de cette cuvée 2017 de l’ACID. Film naturaliste et extraordinaire sur la rencontre entre un jeune homme et un professeur, ce petit chef d’œuvre d’émotion montre des acteurs qui crèvent l’écran et est maîtrisé de bout en bout. Une proposition forte.
[rating=5]

scaffolding
A Herzlia, en bordure de Tel-Aviv, Asher (Asher Lax, qui irradie dans l’écran) est un jeune homme plein de générosité, de fougue et d’envies mais qui ne sait pas canaliser sa violence. Tandis qu’il s’occupe avec soin de son père qui doit subir une lourde opération, Asher cumule un travail dans l’entreprise d’échafaudage de ce dernier et la reprise du cours du soir. En classe, alors qu’il a encore du mal à lire, la rencontre de son professeur, Rami (Ami Smolartchik) est un coup de tonnerre dans sa vie et lui ouvre d’autres possibles…

Début et fin justes, dialogues comptés et efficaces et surtout images parfaitement maîtrisées font de ce film à la narration linéaire et simple un petit bijou. Film d’éducation et de révolte, Scaffolding suit un jeune homme touchant en pleine mutation. Le contexte social israélien est subtilement esquissé en arrière-fond de ce cours de rattrapage pour jeunes adultes et l’on comprend bien combien la société peut-être élitiste, quel poids peut avoir l’échappée belle de la poésie et aussi au détour d’une cérémonie pour la fête de l’indépendance, comment les institutions portent certains moments patriotiques forts. Reposant sur les épaules d’un trio d’acteurs extraordinaires (Asher Lax qui a quelque chose d’un James Dean, le caméléon Ami Smolartchik qui nous avait fait rire dans Atomik Fallafel et Yaacov Cohen, sublime dans le rôle du père), Scaffolding est un film d’une maturité folle et une œuvre qui dégage une émotion universelle.

Scaffolding, de Matan Yair, avec Asher Lax, Ami Smolarchik, Yaacov Cohen, Israël, Pologne, 2017, 93 lin, Première mondiale à l’ACID, en compétition.

visuel : photo officielle

 « La Belle et la Meute », proposition réussie [Cannes 2017, Un certain regard]
« J’y pense et puis… »: je souris? Le déménagement philosophique selon le Tof Théâtre [Biennale des Arts de la Marionnette]
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *