Cinema
7 psychopathes, avec Colin Farrell, Woody Harrelson, Christopher Walken: comment résister?

7 psychopathes, avec Colin Farrell, Woody Harrelson, Christopher Walken: comment résister?

02 janvier 2013 | PAR Olivia Leboyer

Après le génial Bons baisers de Bruges, Martin McDonagh revient avec un film moins réussi mais que l’on vous recommande tout de même vivement. Ne serait-ce que pour le titre ! Sortie le 30 janvier.

Marty (Colin Farrell, toujours aussi épatant !), scénariste, a envie d’écrire une histoire de psychopathes. Ils seraient 7, ça sonne bien… Et pourquoi ne seraient-ils pas bouddhistes, pour changer un peu ? Avec son meilleur pote Billy (Sam Rockell, très bien), ils élaborent, à bâtons rompus, quelques caractères et situations possibles. Loser sympathique, Billy s’est récemment spécialisé dans les enlèvements de chiens de riches contre rançon, un business plutôt cool. Un beau jour, il s’en prend au shitsu (ces chiens très à la mode dans les années 1990 !) d’un vrai psychopathe, incarné par le magnifique Woody Harrelson. A partir de là, les choses se compliquent.
7 psychopathes a certes quelques petits défauts : un peu trop de mises en abîme (les récits dans le récit, le scénario prétexte à toutes sortes d’extension entre réalité et fantasmes), une scène finale dans le désert sous peyotl vraiment trop longue (sauf si le spectateur se munit lui aussi de peyotl au même instant), quelques répétitions… Mais ce n’est rien à côté de l’immense plaisir que l’on prend à suivre cette histoire tordue à souhait, d’une nonchalance folle et géniale ! L’humour de Martin McDonagh est toujours aussi irrésistible. Et les 7 psychopathes ne sont pas les premiers venus : outre Colin Farrell et Woody Harrelson, on retrouve avec joie Christopher Walken (incroyable, comme toujours !) et même Tom Waits en psychopathe ami des lapins ! Comment résister ?

Dans une scène à l’hôpital, Chistopher Walken et Woody Harrelson, assis face à face dans la salle d’attente, échangent l’un des regards les plus fous de l’histoire du cinéma !
Le psychopathe ne ressent pas les émotions de la même manière que les personnes dites normales. On ne peut donc pas prévoir ses réactions. Un grand malheur semble ne pas l’atteindre et, d’ailleurs, ne l’atteint peut-être pas. Pas étonnant, alors, d’imaginer des psychopathes bouddhistes ! (une petite différence de violence, pour une même philosophie ?). Tout en lassitude cool et regard pénétrant, Colin Farrell promène avec classe son désir de comprendre la folie ambiante de ces psychopathes complètement incontrôlables. La toute dernière scène, lors du générique, est très réussie et vraiment touchante.

En dépit de quelques longueurs, le film s’achève sur une impression extrêmement forte.

Infos pratiques

Alexandre Tharaud en showcase à la Fnac Montparnasse le 28 janvier
Retours de Russie : les archives du Kremlin aux Beaux-Arts
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

2 thoughts on “7 psychopathes, avec Colin Farrell, Woody Harrelson, Christopher Walken: comment résister?”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture