Cinema

15èmes Journées cinématographiques dionysiennes : journée Agnès Varda

15èmes Journées cinématographiques dionysiennes : journée Agnès Varda

07 février 2015 | PAR Geoffrey Nabavian

Deux films, suivis d’une conférence, pour comprendre les évolutions d’une cinéaste. Et l’éternelle question qu’elle pose : « comment montrer ». Une journée exaltante.

Agnes Varda 3« Comment peut-on encore mourir de froid au XXème siècle ? » Sur la scène du cinéma L’Ecran, à Saint-Denis, Agnès Varda est là, ce soir, en compagnie de Catherine Bizern, pour nous inviter au questionnement. Son cinéma, fondé sur « un intérêt fort pour les comportements », a toujours eu pour point de départ des interrogations. Des recherches. Des témoignages. Pour Sans toit ni loi, « j’ai passé pas mal de temps dans les gares pas fermées, la nuit », pour faire des rencontres, rapporte-t-elle. Ce soir, c’est sa technique qu’elle va expliquer, plutôt que son engagement, ou son rapport au féminisme. Ce qui l’amène à présenter, outre ses films, des extraits de ses installations artistiques actuelles. Quelques veuves de Noirmoutier, par exemple, où le dispositif « isole l’écoute tout en permettant à ceux qui veulent aller à la rencontre de se rassembler ». Les spectateurs devant chausser un casque pour entendre les propos de femmes interviewées, dont les visages s’affichent face à eux, sur une quinzaine de petits écrans.

Auparavant, on aura pu assister à deux projections : L’une chante, l’autre pas (1977) et donc, Sans toit ni loi (1985). D’une part, les destinées de deux amies tentant, avec difficulté, de découvrir « le bonheur d’être femmes » entre 1962 et 1977 ; d’autre part, les derniers mois de Mona, une sans-abri parcourant les routes du Sud, en plein hiver (jouée par Sandrine Bonnaire, dix-sept ans à l’époque). Deux films pas du tout vieillis, au ton personnel, mélangeant la fiction à des procédés documentaires. Avec, dans L’une chante, l’autre pas, des chansons qui prodiguent du recul, tout en réussissant à transmettre l’esprit d’une époque. Et, dans Sans toit ni loi, des passages frontaux où ceux qui croisèrent la route de Mona racontent cette femme.

Les Plages d'AgnesLe style Varda, fragmentaire, donne à ses films de la légèreté et du souffle. Un sentiment tenace d’espoir nous tient à l’issue des projections. Et il n’y a pas jusqu’aux voix-off, souvent faites par elle, qui soient exemptes de didactisme. Du souffle, rien que du souffle. On a l’impression, au final, que les femmes décrites sont les doubles de notre réalisatrice. Qu’elle essaye à présent de « concilier », grâce à des formes globales. Son engagement, même si elle l’évoque peu ce soir, se situe là : dire ce qu’elle ressent du monde, à travers des formes en décalage. Afin que chacun puisse se sentir touché par les figures décrites. Et presque jouer un rôle dans le film. Les Journées cinématographiques dionysiennes ont lieu au cinéma L’Ecran de Saint-Denis jusqu’au 10 février. Précipitez-vous-y.

Visuel : Images de l’installation Alice et les vaches d’Agnès Varda © Geoffrey Nabavian

Agnès Varda, filmée par elle-même, dans Les Plages d’Agnès (2008) © Les Films du Losange

Infos pratiques

Espace Culturel Louis Vuitton
Palais des Sports
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *