Arts
Zoom sur une des premières foires off de la FIAC : la Slick art fair

Zoom sur une des premières foires off de la FIAC : la Slick art fair

13 septembre 2011 | PAR Amelie De Chaisemartin

La foire off de la FIAC, Slick Art Fair, tiendra sa sixième édition du 20 au 23 octobre 2011 sur l’esplanade du Palais de Tokyo. En six ans, la foire a acquis une réputation de qualité auprès des galeries et du public.

Lorsque la FIAC quitte le parc des expositions de Versailles et revient au Grand Palais, au cœur de Paris, en 2006, l’espace manque, et beaucoup de galeries ne peuvent plus exposer. Johan Tamer-Morael décide alors de créer une autre foire d’art contemporain qui permette de représenter plus de galeries, et de présenter des œuvres dans un esprit plus libre, moins institutionnel.

Slick déniche des galeries en France, en Belgique, en Allemagne, aux Etats-Unis, au Liban… La foire veut être un tremplin pour des galeries méconnues ou émergentes, auxquelles elle souhaite donner plus de visibilité.

En six ans, la Slick a cependant acquis une grande réputation parmi les galeries les plus établies. Depuis deux ans, la foire leur a ouvert ses portes.

Dans un espace de 2000m2, sur l’esplanade du Palais de Tokyo, quatre galeries de moins d’un an, White project, Didier Gourvennec Ogor, Inception et Backslash Gallery proposeront des expositions collectives. Deux galeries exposeront à la fois à la FIAC et à Slick, tandis que d’autres sont des anciennes de la FIAC. Enfin, de nombreuses galeries déjà exposées à la Slick reviennent pour cette nouvelle édition.

La nouveauté de cette année est la présentation d’œuvres monumentales. Plutôt que de présenter des stands, certaines galeries ne présenteront en effet qu’une seule œuvre.

Bodson-Emelinckx Gallery présente une collection de planches de skate customisées par des artistes internationaux dont Damien Hirst, Keith Haring, Shepard Fairey, Baldessari, Nara, Jeff Koons, Richard Prince…

Leonardo Agosti Gallery réitère son engagement auprès du jeune artiste français Jean Denant, en exposant sa nouvelle oeuvre de 3,60m sur 2,60m, Mappemonde, composée d’impacts de marteau sur placo-plâtre.

 

L’artiste recrée le monde à partir d’un matériau brut, utilisé dans le bâtiment. Il ne gonfle pas la matière, il la casse, il la creuse. La création n’ajoute pas à la matière, elle la réduit. Le monde se dresse ainsi devant nous, blessé, aussi dérisoire et défini qu’un graffiti tracé dans un mur.

Le Projet Camille rassemble 23 artistes femmes autour de la thématique « Identité et Genre : 22 +1 ».

La galeriste Patricia Dorfmann présente une des sculptures de poussière de l’artiste Lionel Sabatté.

Enfin, certaines galeries offriront au public des « solos shows » en exposant les oeuvres d’un seul artiste.

La foire s’efforce ainsi de rendre visible les oeuvres elles-mêmes, et pas seulement les galeries.

 

Sorties cinéma pour la semaine du 14 septembre
Faites le mur avec l’expo éphémère de la NoWall Gallery au Mama Shelter le jeudi 6 octobre
Amelie De Chaisemartin

2 thoughts on “Zoom sur une des premières foires off de la FIAC : la Slick art fair”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *