Arts
Une nouvelle œuvre de Banksy… pour la liberté

Une nouvelle œuvre de Banksy… pour la liberté

16 avril 2014 | PAR La Rédaction

En Angleterre, plus précisément à Cheltenham, est apparue hier une œuvre peinte au pochoir autour d’une cabine téléphonique… De Banksy semblerait-il. En tout cas, on y reconnaît aisément son style, son humour noir et son discours politique. Représentant des inspecteurs écoutant tout ce qui se passe dans une cabine téléphonique, cette image est pour nous l’occasion de revenir sur quelques unes de ses œuvres en rapport avec le thème de la liberté.

« Il faut beaucoup de cran pour rester anonyme dans une démocratie occidentale et réclamer des choses auxquelles personne d’autre ne croit – comme la paix, la justice et la liberté » écrit-il dans sa monographie (2010, éditions Alternatives). Le mur, et plus généralement l’art, sont pour Banksy le moyen de répondre aux injustices politiques et à la société de consommation, et de révéler leur noirceur.
À Londres, sur Tottenham Court Road, il avait créé une installation autour d’une caméra de surveillance située en hauteur : trois corbeaux avaient des fils électriques dans leur bec, comme s’ils avaient arraché ce sinistre symbole de la surveillance, et l’un d’eux tenait entre ses pattes un panneau de danger de mort. Banksy avertit le passant de ce qu’on ne lui dit pas : à chaque fois qu’il marche dans la rue ou passe un coup de téléphone, il est épié, espionné, écouté. Ainsi l’œuvre de Cheltenham serait un clin d’œil aux révélations d’Edward Snowden quant à la surveillance des citoyens par les Etats-Unis : trois inspecteurs pour une seule petite cabine téléphonique, c’est scandaleux, tout aussi scandaleux que ce qui se passe de manière invisible et vicieuse dans les hautes sphères de l’État. C’est comme si Banksy levait le rideau de ce qui se passe dans l’ombre…
Sur le thème de l’espionnage, on peut aussi repenser à ce poème qu’il avait collé :

« Poème d’amour

Au delà de ce que voient nos yeux
Avec de tendres et doux baisers
Nos âmes se sont rencontrées
Dans un souffle merveilleux

Et quand je me suis réveillé(e)
D’une paix immense et belle
Je t’ai trouvé(e) baignant dans la lumière de l’aube
Étudiant discrètement
Les messages dans mon téléphone »

Parmi ses réalisations les plus impressionantes en rapport avec la liberté, son travail sur le Mur de la Ségrégation en Palestine est très parlant. « La Palestine est aujourd’hui la plus grande prison à ciel ouvert du monde et la destination phare de vacances actives pour les artistes graffeurs. » Banksy lui a, par la peinture, percé le mur pour qu’on croit y voir un passage vers un paysage d’île paradisiaque où les enfants font des pâtés ; ou encore une fenêtre ouverte sur un paysage montagneux splendide, avec deux gros fauteuils sur lesquels se blottir ; ou encore, tout simplement, il y a peint une grande échelle pour passer de l’autre côté…
En 2003, il a peint un immense panneau « Zone réservée aux émeutes » à Trafalgar Square à Londres… Son œuvre est restée 4 minutes. Banksy invite à l’insurrection, à l’insoumission, à la prise de conscience. Connu mondialement depuis des années, il a su préserver son intimité puisque personne ne connaît son visage. Cet exploit est son manifeste : garde ta liberté, coûte que coûte.

Maïlys Celeux-Lanval

visuel : capture d’écran,site de Banksy.

[Live report] Dillon au Café de la Danse
La recette de Claude : Salade de fin d’hiver
La Rédaction

One thought on “Une nouvelle œuvre de Banksy… pour la liberté”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture