Arts

Toulouse : Electric Artyland fait le lien entre musique et Beaux arts

09 juin 2011 | PAR Yaël Hirsch

« Festival d’agitation rockambolesque et autres excentricités artistiques », Electric Artyland a envahi plusieurs hauts lieux culturels de la ville rose, ce printemps. Liant musique rock et production visuelle des musiciens, ce festival est une première qui sera renouvelées l’an prochain.

Electric Artyland s’est ouvert les 11 et 12 avril dernier avec une grande conférence sur le Campus de l’Université de Toulouse sur le rock, ses beaux arts et leur caractère subversif. Y participaient entres autres : Patrick Eudeline, Pierre Rigal et Philippe Manoeuvre.

En parallèle, plusieurs expositions ont été disséminées dans la ville. Les Abattoirs ont exposé trois musiciens. Jusqu’au 26 juin, on peut donc voir dans une salle du rez-de -chaussée le journal drolatique du chanteur du groupe belge Sharko, David Bartholomé. Ce dernier sera ce soir, jeudi 9 juin, au cœur du Musée pour un concert-performance entièrement filmé. L’entrée est fixée au prix symbolique de 1 euro. Le deuxième chanteur rock exposé aux Abattoirs n’est autre que le guitariste de Bartholomé, Teuk Henri qui a déjà investi les lieux avec Palli Banine, lors d’une performance, le 14 avril dernier. Plasticien déjà reconnu, Teuk Henri travaille sur les corps, en gros plan, jusqu’à ce qu’on ne reconnaisse plus ce qu’il représente. Enfin, François-Régis Croisier, le chanteur de St Augustine expose aux Abattoirs quelques dessins classiques et précieux de la série « Remain & Souvenirs ».  Les couv’ des albums du groupe sont toujours extrêmement travaillées, comme de la dentelle, par le chanteur. St Augustine jouera aux Abattoirs le 18 juin prochain avec Writers on the Storm. Le musée vous permet d’écouter certains titres des trois artistes, afin de faire le lien entre son et visuel! Toujours côté expos, Electric artyland propose au fameux « Bikini« , une exposition de pochette de vinyle qui revient sur l’Histoire du rock. Et jusqu’au 9 juillet l’expo rock’n’graph met en scène 12 démarches de graphistes nourris par le rock à la médiathèque José Cabanis.

Enfin, le festival est bien sûr l’occasion de fêter le rock à travers de grands concerts. Fuzz Orchestra, Ghinzu et Helluvah se sont déjà produits dans ce cadre et l’on attend avec impatience The Delano orchestra et ses guests samedi 11 juin à la Dynamo.

Infos pratiques

Une aurore boréale visible depuis les USA
« Shakespeare is dead, get over it! » au Théâtre du Rond Point
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *