Arts
<em data-lazy-src=

Topographies: quand la géo rejoint la photo

14 octobre 2011 | PAR La Rédaction

Le BAL invite amateurs et photographes invétérés à redécouvrir le genre du reportage sous un angle politico-géographique qui surprend et séduit. Photographies noir et blanc de paysages dévastés et vidéos de camps palestiniens croqués, tout s’allie pour proposer aux spectateurs de nouveaux moyens d’aborder la guerre. Il n’est jamais question d’affrontement ou de violence de manière directe, ni d’ailleurs de reportages de guerre à proprement parler, mais bien de topographie, de lieux narrés et écrits.

L’exposition propose un véritable parcours au sein d’un concept, la guerre, qui s’en trouve pourtant désincarné. L’imaginaire frôle la fiction, réécrit l’histoire en vidéo et esthétise les champs dévastés d’Angola par des choix graphiques fortement inspirés de la tradition paysagère picturale. Dix artistes s’ingénient à présenter les fractures territoriales et les réappropriations des espaces concomitantes aux conflits, tant en images (Paola de Pietri, Janane Al-Ani, Jo Ractliffe, An-My Lê, Harun Farocki, Donovan Wylie, Eyal Weizman et Luc Delahaye et Walid Raad) qu’en film (Till Roeskens et Collateral Murder, une vidéo mise en circulation par WikiLeaks). Un choix ambitieux dans ce lieu dédié à la photographie qui a récemment ouvert…

Comme lors de ses trois expositions précédentes, le BAL s’attache à expliciter les nouvelles modalités visuelles, ici situées à l’interstice entre imaginaires géographiques et politiques de la représentation. Une rencontre avec Anne-Marie Filaire et Jean-Marie Jouannais (un des commissaires de l’exposition), le 16 novembre, permettra sans doute d’étayer les conceptions du paysages qui semblent se redessiner dans la photographie contemporaine et d’expliciter cet espace que les dix artistes s’évertuent à borner, à cartographier, pour le plaisir de nos yeux.

En parallèle de cette exposition, le centre d’art propose un cycle de projections en partenariat avec le Cinéma des Cinéastes à découvrir ici

Valentine Umansky

© Till Roeskens, Courtesy of the artist

Le festival MaMA investit le 18e arrondissement de Paris
Quartier lointain, quand le manga devient du ( beau) théâtre
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *