Arts
The Devil’s fidelity chez Marian Goodman

The Devil’s fidelity chez Marian Goodman

23 janvier 2012 | PAR Bérénice Clerc

 

Marian Goodman fait de ses galeries un paradis où les artistes se rencontrent et font voyager toujours plus les spectateurs. The devil’s fidelity n’entraine hélas pas bien loin et les œuvres peinent à trouver un lien, une cohérence voir même une existence.

La galerie Marian Goodman offre son espace à une exposition collective The devil’s fidelity, en référence à un poème d’Emily Dickinson (“THE DEVIL, had he fidelity…”) qui décrit le caractère inexorablement pluriel et malléable de la vérité et dénonce le danger de croire aux apparences.

Un groupe d’artistes internationaux, dont le travail n’a jamais été exposé à la galerie, ni à Paris pour la plupart.

Six artistes, un champ large de travaux distincts, vidéos, photographies, sculptures et peintures, censés se rejoindre autour de certaines trames communes. Des matériaux bruts ou de la haute technologie peuvent faire bouger les lignes des spectateurs, de multiples croisements sont pourtant possibles mais pour cette exposition les liens ne se font pas. Les quatre écrans pour la vidéo de Tim Lee (String Quartet, Op. 1, Glenn Gould, 1955, 2010) prennent l’espace, intriguent tout comme sa photo double (Solo, Merce Cunningham, 1953, 2010) réel illusion d’un corps extensible et quasi sans limite. Mark Soo et sa fuite vers le temps perdu (No Good Time (Seconds), 2008) ainsi que ça vidéo (Several Circles, 2011) accrochent certains spectateurs.

Révélatrices de la pratique ouverte de chaque artiste, les œuvres de l’exposition questionnent leur propre réalisation, prenant leur processus de création comme sujet, tout en proposant une critique sociale et culturelle à plusieurs niveaux. Séparément ou dans un autre contexte les œuvres trouveraient sans doute leur force et leur pertinence mais leur rassemblement les écrase et les annule même parfois.

Café de Flore de Jean-Marc Vallée : Vanessa Paradis en demi-teinte
Gagnez 2×2 places pour la Grande Illusion de Jean Renoir, à nouveau en salles le 15 février
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture