Arts

Spiritisme et Art à la Maison de Victor Hugo

Spiritisme et Art à la Maison de Victor Hugo

19 octobre 2012 | PAR Marie Charlotte Mallard

Hier s’ouvrait à la Maison de Victor Hugo l’exposition Entrée des médiums: Spiritisme et art de Hugo à Breton. De l’Esprit aux esprits, il n’y a qu’ un pas. En septembre 1853, Hugo alors en exil à Jersey voit arriver en sa demeure son amie Delphine de Girardin, et avec elle une nouvelle mode venue d’Amérique : Les « tables parlante ». Si la première séance fut un échec, la suivante convaincra définitivement Hugo et son auditoire. Dès lors, la pratique du spiritisme deviendra un des loisirs principaux du clan Hugolien, d’autant plus que Charles son fils se révélera fin médium.

L’exposition met en lumière les productions artistiques issues des conversations avec l’outre-tombe entretenues par les gens d’esprit du 19ème au 20ème siècle, et propose un regard historique sur cette pratique. Dessins, peintures, photographies, mais surtout transcriptions de conversations parfois inédites sont donc présentées au public.

Il s’agit principalement ici de rendre compte du développement de la pratique spirite au sein de la société. Une pratique dont l’évolution et la démocratisation semble indubitablement liées à son appropriation par les auteurs. Ainsi, entre les premières expériences de tables tournantes d’Hugo, et celles de l’écriture intuitive de Breton, on assiste à une popularisation surtout une vulgarisation des pratiques médiumniques. A travers celle-ci et son évolution se côtoient donc l’écrivain et l’employé, l’élite artistique et intellectuelle et la classe populaire. L’exposition montre qu’au fil du temps et depuis les premières pratiques Hugoliennes, l’au-delà, la mort perd son caractère sacré et devient attrayante, fascinante, plus qu’ effrayante, surtout, elle est unificatrice.

L’exposition tente donc de montrer qu’un nouveau monde, un nouvel imaginaire offrant de nouvelles perspectives, s’ouvre à l’homme. Toutefois, si celle-ci présente bien le surgissement d’une nouvelle idéologie et de ce fait  d’une nouvelle esthétique dont on trouve l’aboutissement chez les surréalistes, on reste quelque peu déçu par la superficialité de l’évènement, plus centré sur la forme que sur le fond. Aussi l’on ressort quelque peu désappointé, avec l’impression de n’être resté qu’en surface.

Victor Hugo, encres mediumniques
Victor Hugo, encres mediumniques

Certes, la maison Victor Hugo donne à voir, et renseigne sur la manière dont on pratiquait, les différents phénomènes observés: du guéridon frappeur, à la manifestation d’entité, la formation d’ectoplasme avec la présentation notamment de photos représentant Eva Carrière en pleine pratique. En outre, l’exposition insiste beaucoup sur le mouvement d’étude suscité par les phénomènes spirites et notamment sur la métapsychique qui a tenté de les comprendre, ouvrant une voie de réflexion sur les capacités de l’esprit humain, de son inconscient. Néanmoins elle ne permet pas de prendre du recul quant aux écrits de nos différents auteurs. Si elle nous présente les phénomènes, et l’art médiumnique en soit, on regrette qu’ elle ne cherche pas à rendre compte de l’influence de ces travaux, de ces pratiques, sur l’écriture, dans les œuvres d’Hugo ou de Breton. Le regard critique, l’analyse, ou en tout cas la suggestion d’une analyse, en somme la pédagogie, manque donc cruellement ici. Force est de constater que malheureusement elle ne donne pas, ne suggère pas les clés pour comprendre réellement l’influence de ce nouvel imaginaire, de l’ouverture d’un nouveaux monde dans la pratique artistique. Si l’on ne connait pas suffisamment bien les ouvrages des différents auteurs, impossible d’avoir un réel regard critique, impossible de se rendre compte de l’importance de la pratique pour ces écrivains, de l’utilisation de ce nouvel imaginaire dans l’écriture. On regrette également que l’exposition n’ait pas été plus mise en scène pour permettre une meilleure immersion dans l’ambiance mystique du spiritisme.

INFOS :

Entrée des médiums : Spiritisme et art d’Hugo à Breton

A partir du 18 octobre jusqu’au

Maison de Victor Hugo

6, place des Vosges

75004 Paris

Métro: Bastille, Saint-Paul ou Chemin-vert

 

Swan Lake de Dada Masilo : une greffe africaine enthousiasmante au pays des ballerines
Les Rolling Stones fêtent leur 50 ans de carrière sur scène
Marie Charlotte Mallard
Titulaire d’un Master II de Littérature Française à la Sorbonne (Paris IV), d’un Prix de Perfectionnement de Hautbois et d’une Médaille d’Or de Musique de Chambre au Conservatoire à Rayonnement Régional de Cergy-Pontoise, Marie-Charlotte Mallard s’exerce pendant deux ans au micro d’IDFM Radio avant de rejoindre la rédaction de Toute la Culture en Janvier 2012. Forte de ses compétences littéraires et de son oreille de musicienne elle écrit principalement en musique classique et littérature. Néanmoins, ses goûts musicaux l’amènent également à écrire sur le rock et la variété.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *