Arts

Signé Dali La collection Sabater

Signé Dali La collection Sabater

09 février 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Huiles, aquarelles et dessins dédicacés à son secrétaire et ami

Sabater était pour l’artiste Salvador Dali un ami d’exception, son homme de confiance, peut-être son meilleur ami. Leur rencontre survient en 1968. Sabater, alors journaliste, vient interviewer Dali, ils se retrouvent à discuter très librement de manière informelle, Dali invite Sabater à revenir le voir deux jour après. Très vite, les rencontres entre Sabater et l’artiste vont devenir journalières et leur amitié indéfectible. Dali vieillissant confiera à Sabater le transport de ses oeuvres, la scénographie de ses expositions, le final cut en quelque sorte de son travail. Avec la générosité qui le caractérise, l’artiste offrira à Sabater une centaine de marques matérielles de son affection (des huiles, des aquarelles, des esquisses, des dessins et des photographies), la plus grandiose étant hélas restée à l’état de projet: la construction pour son ami d’une maison voisine de la sienne dont Dali a élaboré les plans. Nous en découvrons avec amusement quelques échantillons: une bibliothèque circulaire, un lavabo protégé par un parapluie, des wc dans la gueule d’un dauphin, le moins qu’on puisse dire est que l’ensemble aurait eu de l’allure.

Les témoignages d’estime et d’affection de Dali sont comme le reste de sa personne, pleins de grandeur et de démesure: il évoluait comme un roi dans son monde imaginaire, tel Alice au pays des merveilles, personnage qu’il apprécie tout particulièrement et dont la sculpture, réalisée par ses soins, est exposée dans l’espace Dali.

Arriver à ce musée, c’est déjà un beau voyage aux portes du ciel de Paris. Le ciel est très représenté justement dans les beaux dessins que Dali a offert à son ami: ornés d’hirondelles, de rameaux d’oliviers, de figures angéliques. Le mélange d’érotisme, de religiosité et de surréalisme dans les œuvres de l’artiste font que l’ensemble de sa carrière ne peut être rattaché à rien d’autre qu’à lui-même, unique en son genre, évoluant comme un roi de contes de fée dans son univers entre château, traîneau, décors de film et sculptures aux impressionnantes dimensions. Nous aimons particulièrement le collier de montres déformées qu’il dessina pour Sabater comme pour lui dire que le temps n’altérerait jamais leur amitié ou la poétique aquarelle montrant un homme poursuivant une femme, en quête de l’amour.

Un homme plein d’amour et d’amitié, tel fut Dali autant une superbe personne qu’un inoubliable artiste. La visite de son musée nous enchante plus que jamais, ses yeux écarquillés et ses grandes moustaches nous font sourire, ses œuvres nous touchent et la jolie petite crypte en trompe l’œil est toujours d’un charme bluffant. Délicieusement surréaliste! Idéal pour faire une parenthèse dans la réalité du quotidien.

 

 

Festival des Très Courts, bientôt la fin de l’appel aux films
Mensomadaire 138 « Hey ! Modern Art & Pop Culture » sur Canal +
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *