Salons

Un week-end au Salon du Cheval d’Angers

Un week-end au Salon du Cheval d’Angers

11 novembre 2018 | PAR Sarah Reiffers

Ce week-end s’est tenue la 3ème édition du Salon du Cheval d’Angers, rendez-vous équin devenu incontournable dans la région. Les curieux tout comme les passionnés ont pu se retrouver autour d’une programmation riche, variée et conviviale.

Fort de son succès depuis sa création (17 200 visiteurs en 2017), le Salon du Cheval d’Angers a ouvert vendredi dernier ses portes pour une troisième édition. Avec au programme 170 exposants, trois jours pleins de CSO et une ribambelle d’animations réparties sur quatre carrières. De quoi satisfaire les passionnés comme les simples curieux, venus encore une fois très nombreux.

Implanté dans une terre de passionnés comptant 40 000 licenciés, et situé entre le Cadre Noir de Saumur et le Mondial du Lion d’Angers, le Salon est sans surprise devenu un lieu de rendez-vous pour les professionnels de la filière équine. Au fil des allées les artisans et les grandes enseignes du secteur (avec cette année, en nouveauté, un stand Decathlon (!)) se succèdent et proposent une offre riche et variée à l’odeur de cuir. On y trouve de tout, de l’alimentation à l’équipement, des vêtements aux bijoux. Et on aimera s’y perdre, même si on n’y connait pas grand-chose, pour admirer les décorations des magnifiques selles western ou rêver devant un attelage de l’ancien temps.

Mais le Salon du Cheval d’Angers c’est aussi et surtout de nombreuses animations. Et là encore, l’offre se révèle très variée. Sont mis en lumière les acteurs locaux, éleveurs, centres équestres et artistes de la région et au-delà. Grâce à eux se succèdent les spectacles, carrousels, démonstration d’éducation et présentation de races, du cheval miniature (parfait pour, entre autres, tondre votre jardin) aux géants de trait en passant par la grâce des chevaux andalous ou arabes.

Avant de partir, on s’arrêtera prendre un cours de dessin avec DU PELOUX, le dessinateur de la série Triple galop. Un carré, un rond…qui a dit que dessiner un cheval était compliqué ?

Pour plus d’information sur le Salon du Cheval d’Angers, cliquez ici.

Infos pratiques

Le concours International Leopold Bellan poétise avec le talent
« La vie devant soi », comme un hymne à l’amour
Sarah Reiffers

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *