Salons

[Live report] Paris manga 17e édition

[Live report] Paris manga 17e édition

13 février 2014 | PAR Sandra Bernard

Ce week end s’est tenue la 17e édition de Paris manga et du Science-fy show, l’autre grand rendez-vous parisien des cultures geek et asiatiques.

Situé dans le même pavillon du parc des expositions de la porte de Versailles que la précédente édition, le festival en reprend, à peu de choses près, la disposition avec, d’un côté la partie commerciale, de l’autre côté la partie activités et divertissements séparés par la zone de rencontres et de dédicaces avec les artistes invités.

Parmi les invités du salon, les fans ont pu retrouver avec bonheur une partie des acteurs de Star Wars (Dave Prowse : Dark Vador) et de Stargate (Christopher Judge : Stargate SG-1/Teal’c et Paul Mc Gillion : Stargate Atlantis/Carson Beckett) habitués des lieux. Petite nouveauté avec la venue de Mark Addy : Le roi Baratheon de la nouvelle série à succès Game of Thrones. Les prix des dédicaces semblent pourtant avoir légèrement augmenté, même s’ils diffèrent selon les acteurs avec une moyenne d’environ 30€ la signature. Côté japonais, quelques grands auteurs ont fait le déplacement comme Matsubara Hidenori le character designer de Ah! My Godess ou encore Toshio Maeda (auteur, entre autres, de Urotsukidoji) l’un des grands maîtres du Hentaii moderne qui se révélaient tous deux disponibles et avenants. Le stand des éditions Nobi-Nobi permettait de rencontrer Samantha Bailly qui dédicaçait son nouvel album Kotori, le chant du moineau. Les auteurs de science fiction et de comics étaient également très présents. Les joueurs professionnels, tels Marcus, Kayane ou Gen1us, toujours présents pour des cessions lives avec le public, font toujours la joie des gamers venus se mesurer aux « pros ». Nouveauté des dernières éditions, les youtubeurs et personnalités de la toile (Nyo, Benzaie, les membres de NOOBS, la série à succès de Nolife TV, …) avec une majorité d’éminences de Mindcraft (Bob Lennon en tête). Ces personnes, passées de l’anonymat à la célébrité grâce à leurs vidéos sur le web ont déplacé les foules. Effet de mode ou véritable évolution, affaire à suivre en tout cas.

La bonne ambiance générale a été confortée par la présence de nombreux cosplayeurs et leurs beaux costumes. La partie activités et divertissements proposait plusieurs grandes scènes où se déroulaient des conférences, des concerts et des cessions lives de jeu vidéo. Ce dernier, déjà bien présent lors de la précédente édition, semble s’être encore un peu plus développé avec la possibilité pour tout un chacun de tester les nouveaux jeux Nintendo (le dernier professeur Layton, Bravely Default, Pokemon, …) et consoles comme la PS4, de se dépenser sur les nombreux jeux de danse ou encore de se défouler avec les nombreuses bornes d’arcade mises à disposition par l’enseigne La tête dans les nuages.

Les stands diversifiés ont proposé de nombreux produits à des prix généralement intéressants comme par exemple trois coffrets DVD d’intégrales de séries animées anciennes comme Jeanne et Serge, ou beaucoup plus récentes telles Fractale, C control, … pour 40 €. Les stands de créateurs et de fanarts se sont, une fois de plus, distingués par la qualité et la variété des produits proposés, pour la plupart faits main et à des prix plus que raisonnables. Même si l’on observe une inflation des prix, l’on est encore bien loin de ceux pratiqués lors de la Japan Expo.

Le principal regret de cette édition concerne la faiblesse du programme d’activités. Seulement deux concerts de Keisho Ohno et du Neko Light Orchestra, certes de qualité, mais placés le dimanche, quand l’affluence est moindre. Keisho Ohno est connu pour mêler les sonorités traditionnelles du shamisen avec des rythmes modernes. Neko Light Orchestra est un groupe spécialisé dans les reprises de musique de film, de jeux vidéo et de séries. Les conférences et les cessions lives ont quelque peu rattrapé ce manque. Autre petite déception, les valeurs sures comme le karaoké géant, très prisé des festivaliers ont été déplacées du milieu à la fin de la journée. Les visiteurs ont tout de même pu se divertir sur les stands des associations Bulle Japon et Sohei.

Parmi les améliorations de cette nouvelle édition, la largeur des allées revue à la hausse ainsi qu’une meilleure gestion des flux ont permis une meilleure circulation dans la convention et de réduire les temps d’attente.

Ainsi, on remarque au fil des éditions une grande polyvalence de la convention qui sait attirer de grands noms de la Japanimation et qui se diversifie de manière probante du coté des cultures geek. Les deux festivals Paris manga et le Sci-fy show sont désormais totalement imbriqués, facilitant ainsi les échanges et les découvertes entre les différents genres.

Site de la convention


Neko Light Orchestra au Paris Manga 9 février 2014 par SB-Paris


Keisho Ohno au Paris Manga le 9 février 2014 par SB-Paris

Visuels : Affiche du festival + photographies © Sandra BERNARD + Vidéo © SC

Berlin, jour 7 : Un beau drame argentin « The third side of the river » et Jennifer Connelly + Mélanie Laurent au cœur du très mauvais « Aloft »
Cécile Girard, « Violoncelle sur canapé » : Tour d’horizon musical en Violoncellie
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *