Salons

[EXPO] Drawing Now Paris: La version contemporaine du salon du dessin

[EXPO] Drawing Now Paris: La version contemporaine du salon du dessin

23 mars 2018 | PAR Ines Guillemot

La Drawing Now Art Fair ouvrait ses portes hier, à l’occasion de la semaine du dessin. Une 12° édition pleine de surprises, à découvrir au Carreau du temple jusqu’au dimanche 25 mars.

La Drawing Now Art Fair, c’est la version contemporaine du salon du dessin. Créée en 2007 par Christine Phal, rejointe deux ans plus tard par sa fille, Carine Tissot, la Drawing Now fait désormais partie du paysage artistique contemporain. Elle incarne un regain d’intérêt des collectionneurs et des artistes pour cet art, longtemps relayé au rang d’esquisse et de travail préparatoire.

Rendez-vous incontournable d’un art en plein essor, elle s’adresse aux collectionneurs, comme aux amateurs. Avec près de 2000 oeuvres, représentées par 72 galeries, sélectionnées par un comité indépendant, cette 12° édition place la barre haute. Et fait la part belle aux nouveaux talents: répartie sur deux étages, la Drawing Now consacre le sous-sol aux découvertes, via les espaces « Process » et « Insight » qui mettent en exergue les oeuvres de jeunes artistes.

Au premier étage, on trouve des noms plus consensuels: un Miro, des productions de Viallat ou de Richard Müller. Mais la diversité des oeuvres n’en est pas moins grande. Les artistes présentés jouent sur les matières, les formes, les couleurs. Dans une approche du papier sans cesse renouvelée. Aussi, Irene Grau (Galerie Maus Contemporary) nous surprend-elle par ses dessins organiques, réalisés avec des cendres d’arbres du bois de Tourón en Espagne, ravagé par un incendie. En résulte un travail intéressant sur la matière, décliné en six oeuvres. Le mouvement est mis en valeur chez Bernard Saby, exposé à la galerie Les Yeux Fertiles. On retrouve également des univers intéressants autour de Fabien Mérelle (Art Bärtchi & Cie), ou Radenko Milak (Les filles du calvaire), lequel met à l’épreuve le pouvoir réel ou supposé des images, par des oeuvres en série.

Dialogue avec le neuvième art

Mais la grande nouveauté du salon tient surtout à la place accordée à la bande-dessinée. Longtemps méprisé par les collectionneurs, le « neuvième art » bénéficie d’un regain d’intérêt depuis quelques années. Et pour cause: la tendance est à l’abstraction en bande-dessinée, et au dialogue avec l’art contemporain. On pourrait citer Richard McGuire, lauréat du Fauve d’Or du festival d’Angoulême 2017, dont l’oeuvre emprunte énormément à l’art contemporain.

L’exposition se tient d’ailleurs en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image d’Angoulême. Et accueille onze auteurs de bande dessinée. Parmi les plus connus: Fred, Joann Sfar, Marjane Satrapi, ou Marc-Antoine Mathieu. Les oeuvres sélectionnées mettent en lumière des influences réciproques entre les deux arts: réutilisation des codes du cartoon dans l’art contemporain, dépassement de la vignette ou refus de la narration pour la bande-dessinée. Autant de défis relevés par cette exposition.

Rencontres, Workshop et Prix Drawing Now

La Drawing Now Art Fair, c’est aussi: un prix en partenariat avec Christie’s France, des rencontres tout au long du salon, avec Philippe Piguet, directeur artistique Drawing Now, ou encore Aude Cartier, présidente de Tram, dans le cadre des « Drawing Talks »; et des workshops, en partenariat avec le Fonds municipal d’art contemporain de la ville de Paris, la Frac Île-de-France, le Centre Pompidou, la maison des arts de Malakoff, et bien d’autres.

Le prix Drawing Now 2018 a été décerné hier au bulgare Michail Michailov, pour son oeuvre « from dust to dust ».

Entrée: 16€

Plus d’informations ici.

Visuel: © IG Le salon au carreau du temple// Oeuvres de Richard Müller (Galerie La Ferronnerie)// Peter Martensen, The Unwanted II, fusain sur papier (Galerie Maria Lund)// Série de six dessins d’Irene Grau, After October 2017 (Maus Contemporary)// Fabien Mérelle, encre et aquarelle sur papier (Art Bärtchi & Cie)// Radenko Milak, aquarelles (Galerie Les filles du calvaire)// Affiche de la Drawing Art

Infos pratiques

« On était une fois », tentative de tendre un miroir au public… avec des peluches!
Agenda du weekend du 23 mars
Ines Guillemot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *