Arts
« Réaménagements permanents » la H Gallery construit un nouveau monde

« Réaménagements permanents » la H Gallery construit un nouveau monde

09 février 2017 | PAR Bérénice Clerc

 

Hélianthe Bourdeaux-Maurin a récemment ouvert la H Gallery 90, rue de la folie méricourt à Paris où elle expose les artistes dont le regard et le travail sur le monde l’émerveillent et vont faire voyager ses visiteurs, acheteurs et collectionneurs. « Réaménagements permanents » propose jusqu’au 18 février les œuvres de Noa Charuvi et Marie Havel si différentes, si proches.

Noa Charuvi est une jeune new-Yorkaise d’origine Israélienne.

Son père est architecte grâce à son coup de cœur pour les constructions parisiennes lors d’un voyage de jeunesse. Dès petite, elle l’accompagne sur les chantiers, à hauteur des pots de peinture, ses yeux captent la vie des ouvriers, l’immensité des bâtiments et la beauté des matériaux.

Jeune artiste, elle peint de l’architecture, des lignes, des espaces juste avant l’habitation, des constructions permanentes. Pour la première fois elle ajoute des humains à sa peinture, sans détail mais en mouvement, elle donne à voir le chantier.

Sur fond d’orange fluo de marquage, les ouvriers apparaissent en mouvements, les matériaux sont des détails amusants, souvent cachés, elle décide de leur faire honneur. Le petit, le grand, la vie de chantier devient charmante grâce à cette série de peintures de Noa Charuvi.

En regard de cette vision du monde en réaménagements permanents, Marie Havel, jeune diplômée de l’école des Beaux-arts de Montpellier propose elle aussi la réinterprétation de son propre univers comme vision d’un espace commun.

Elle reconstruit en maquettes les restes de son enfance, ses terrains de jeux en ruine, sur les traces d’obus de la guerre.

Notre coup de coeur est pour ses « Maison clou » photos dessinées de maisons en disparition. Elle fait apparaitre des maisons oubliées, dernier bastion de familles résistantes aux promoteurs, refusant de vendre un morceaux de leur vie pour du gigantisme futur. Une esthétique très vivante, vibrante et puissante gorgée d’émotion à saisir pour les visiteurs.

Marie Havel, est une technicienne quasi parfaite du dessin, elle réinvente un monde en tremblement à partir des jeux de son enfance, ces petites constructions qu’on a plaisir à détruire d’un geste de la main, d’une volte du pied, elle les saisit avant la chute à l’aide de son crayon.

Un blockhaus est entrée dans la galerie, comme enfoncé dans le sol, il évoque les plages où ils sont réinterprétés en version pacifiste pour naturistes, échangistes ou amoureux du bronzage en hauteur !

Une jeune artiste qui à n’en pas douter va rapidement trouver sa place et sa notoriété grâce à son envie d’explorer le monde via différents médiums et avec sincérité.

Il nous faut chaque jour vivre les changements permanents du monde, tenter d’être le propre inventeur de son futur et de partager le meilleur avec les autres.

La culture, les artistes sont là pour nous aider à voir le monde autrement et l’éclairer d’une autre lumière.

La H Gallery est à découvrir pour les passionnés d’art et les novices qui seront guidés avec bienveillance par toute l’équipe.



[Sortie dvd] Sophie Marceau puissante dans « La Taularde » d’Audrey Estrougo
La 67ème Berlinale, au-delà de la compétition officielle
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *