Arts

Pop Austin International Art Show

Pop Austin International Art Show

22 octobre 2014 | PAR Eric Debris

Trois jours en octobre, Austin est devenue le centre névralgique de l’art contemporain aux Etats(Unis. Toute La Culture était au Texas pour Pop Austin International Art Show. 

« Notre vision est de faire que l’Amérique et le reste du monde, reconnaissent Austin pas seulement comme une ville d’artistes, mais une capitale de la culture… Notre objectif est de transformer Austin en épicentre pour une réunion annuelle d’artistes de talents, de collectionneurs et marchands d’art. Notre événement annuel ne montrera pas seulement des talents prestigieux et reconnus internationalement, mais proposera également un certain nombre d’artistes locaux. L’objectif est de présenter chaque artiste d’une manière interactive et d’accueillir des conférences et des séminaires visant à sensibiliser les acheteurs d’Austin sur l’importance d’investir dans l’art. » a déclaré Matt Randall, directeur exécutif et un des fondateurs de POP Austin.

Austin avait bien besoin de cette manifestation, qui si les organisateurs ont raison pourrait poser Austin en bonne place sur la carte mondiale du marché de l’art. Il est vrai que ce n’est malheureusement pas encore le cas et que la majorité des galeries d’Austin, à en juger par la timidité du choix d’œuvres et par la pauvreté des prix pratiqués ne permettent pas aux artistes les plus talentueux de vivre de leur art avec le marché local. Si Austin est une ville formidable pour créer, il n’y a pas, pour l’instant, d’autre choix que d’exposer à New York, Los Angeles ou autres capitales de l’art, pour un artiste s’il veut être remarqué.

Partant de ce constat et avec une envie de mettre un coup de pied dans le cul d’Austin, les cofondateurs de cet événement auront, il faut l’espérer réussi leur pari.

Pop Austin a fait se déplacer pour la soirée de lancement du vendredi, ainsi que pendant le reste du weekend un public qu’on ne voit pas d’habitude dans les vernissages à Austin, des acheteurs plus habitués des galerie de New York ou L.A. et de Art Basel Miami. Beaucoup de pièces ont été vendues – ce fut entre autres le cas pour Ugo Nonis (artiste français installé à L.A.) – et les conférences animées par des acteurs locaux comme Bale Creek Allen ainsi que par des personnalités comme Greg Smith (Exhibit A) ont été suivies par une audience avide d’informations.

Il faut souligner que Pop Austin n’est pas une foire de l’art comme les grandes messes que sont Art Basel ou la FIAC mais plutôt un salon, un point de rendez-vous entre artistes, collectionneurs, amateurs et marchands, ici ce sont les artistes qui sont mis en valeur et non les galeries puisque absentes de cet événement.

Le choix des œuvres exposées allant de Warhol à Jason Archer en passant par Robert Indiana, Mr. Brainwash, Shepard Fairey, Gerard Rancinan, Wu Yalu était à la fois varié et cohérent, le public adulte s’attardait et les enfants appréciaient, magie du Pop Art et de ses dérivés sur les plus jeunes.

En marge de l’exposition, cinq installations et murales créées en majorité par des artistes locaux furent mises en place au sein de la ville trois semaines auparavant. Ces installations n’étant pas éphémères, Matt Randall souhaitent les voir se multiplier dans la ville au fil des éditions de Pop Austin.

Chaque manifestation qui voit le jour à Austin et qui rencontre son public est vouée à un succès qui dépasse les plus folles attentes des organisateurs, souhaitons à Pop Austin le même succès que SXSW, Lonestar Round Up et autres.

Pop Austin 3 Pop Austin 4 Pop Austin 1

Gerard Rancinan
Gerard Rancinan
Bale Creek Allen
Bale Creek Allen
 Robert Cottingham
Robert Cottingham

Pop Austin - L'art et les enfants

Robert Indiana
Robert Indiana

Pop Austin Pop Austin Opening party 1 Pop Austin Opening party 2 Pop Austin Opening party 3

Pop talk - Bale Creek Allen
Pop talk – Bale Creek Allen
Pop Talk - Greg Smith
Pop Talk – Greg Smith

Pop Austin

Infos pratiques

Le Maire de Rome, volontairement hors-la-loi
« Not That Kind of Girl » de Lena Dunham : un anti-guide à l’usage des filles… qui passe un peu à côté
Eric Debris

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *