Arts

Petit parcours pour la Nocturne des galeries parisiennes le 18 octobre

Petit parcours pour la Nocturne des galeries parisiennes le 18 octobre

16 octobre 2012 | PAR Charlotte Bonnasse

Dans le cadre de la Fiac, la « Nocturne des galeries parisiennes » vous fera passer une sympathique soirée en vous permettant d’arpenter en toute liberté les galeries parisiennes, du Marais à Saint-Germain-des-Prés, le jeudi 18 octobre de 18h à 23h : un parcours totalement gratuit qui passe à côté des inévitables trois heures de queue devant la Nef du Grand Palais. On vous a concocté une sélection réjouissante pour flâner dans les lieux les plus fameux du moment.

Le Marais sur son trente-et-un

C’est dans ce quartier mythique qu’il vous faudra aller pour cette soirée d’exception : d’une rue à l’autre, on pénètre chez les plus grands marchands d’art de la capitale qui vernissent leurs artistes de prédilection ce soir-là. Frank Elbaz en profitera pour présenter sa nouvelle exposition personnelle de l’américain Blair Thurman (66 rue de Turenne), tandis que Laurent Godin présentera Alan Suicide Vega et Holy Shit (5 rue du grenier Saint-Lazare).  C’est encore l’occasion ou jamais de filer à la galerie Perrotin qui double son line-up pour l’occasion, avec deux artistes très tendance : Sophie Calle et son exposition « pour la dernière et pour la première fois » qui mêle photographies et vidéos sur un fil poétique et nostalgique non sans une grande portée intimiste, et Hernan Bas dans son exposition de tableaux aux tonalités radicales, « Thirty-six Unknown Poets », une série tapageuse de poètes maudits (76 rue de Turenne/10 impasse Claude). Suzanne Tarasieve présentera l’oeuvre abrasive de  Boris Mikhailov dont les photographies traitent de la condition humaine en Union soviétique (7 rue Pastourelle).

Et avant de quitter ce joli quartier bouillonnant, on jettera un oeil à la magnifique exposition « Je est un autre » de la Sémiose galerie (54 rue Chapon) qui évoque la question de la paternité des oeuvres et de leur identité.

Du Louvre à Saint-Germain

On peut aussi aller chiner de ce côté-ci de la Seine, où l’on trouvera autant de jolies pépites d’art contemporain ou des joyaux de l’art moderne.  C’est l’occasion ou jamais de flirter avec les goûts authentiques de Kamel Mennour, qui présente la première exposition personnelle de cette fameuse italienne écorchée vive, Gina Pane : célèbre pour ses gestes radicaux (scarifications et autres) qui défrayèrent la chronique, l’artiste propose une réflexion de premier plan sur le corps, investi de toute sa dimension charnelle et convoqué par la rétrospective de Kammel Mennour. 47 rue Saint-André des Arts, 75006 Paris. Pour ceux qui apprécient l' »art brut », une rétrospective « Jean Dubuffet » est proposée par la galerie Zlotowski, célèbre pour ses expositions du Corbusier. 20 rue de Seine, 75006 Paris.

Les vernissages inratables-excentrés

Parmi les inloupables, on mentionnera  la bouillonnante Galerie W [Landau Blast] : pour ses quinze ans, elle vient d’installer un nouvel espace au coeur du Triangle d’Or, avenue Matignon, et fêtera l’inauguration jeudi soir, avec un accrochage ad hoc. Pour les fans de multimédia, on ne manquera pas la salle dédiée aux vidéos et installations. Voir l’event Facebook.

Dans le même style, la Gagosian Galery voit les choses en grand et profite de la Fiac pour investir un second espace parisien, non loin des pistes d’atterrissage, à l’intérieur de l’aéroport du Bourget dans l’espace clos attribué aux vols privés, qu’elle inaugurera ce même jeudi : de 16h à 20h, on profitera par la même occasion du vernissage de l’exposition de peintures et de sculptures inédites de l’artiste allemand Anselm Kiefer (qui est partout en ce moment, aussi présent à la galerie Thaddaeus Ropac, lire notre critique). 800 avenue de l’Europe, 93350, Le Bourget.

Enfin, les italiens Sten Lex, pionniers dans l’utilisation du pochoir, investissent la galerie Magda Danysz avec des photographies évolutives vouées à changer au fil du temps selon la technique du « hole school », qui croise l’op art et le pochoir. Vernissage de 18h à 21h, 78 rue Amelot, 75011, Paris.

A vous de personnaliser ce parcours parisien et de flâner où le coeur vous emmènera : dans ce bouillonnement d’évènements, il vous faudra choisir…et prévoir. Vous trouverez ici un plan complet et détaillé des galeries parisiennes ouvertes pour l’occasion. Joyeuse Nocturne !

Visuel à la une (c) Gina Pane, Azione sentimentale, courtesy galerie Kamel Mennour.

Visuel en-tête (c) Sten Lex, Alfred, 2010, courtesy Galerie Magda Danysz.

Imaginez l’imaginaire : deuxième vague de vernissage pré-FIAC dans les méandres du palais de Tokyo
Les sorties ciné de la semaine du 17 octobre
Charlotte Bonnasse