Arts

Michèle Chomette expose Ravier et Thiollier, l’avant garde du XIXe siècle

Michèle Chomette expose Ravier et Thiollier, l’avant garde du XIXe siècle

20 décembre 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Et alors ? Non mais c’est vrai, qu’est ce qu’elles ont d’incroyable ces photographies et ces quelques peintures qui s’exposent à la Galerie Michèle Chomette tout face à Beaubourg dans un  appartement infini ? Approchez vous … 1854, 1861 ? On dirait que les lumières et les compositions sont d’aujourd’hui … bienvenue dans un voyage dans le temps apaisant.

S’ il faut, obsession moderne, les ranger dans des cases, disons que François-Auguste Ravier (1814-1895) est peintre et que Felix Thiollier (1842-1914) est photographe. Les deux sont amis malgré des différences de vies assez folles. Thiollier, comme L’exposition au Musée d’Orsay le montre est un industriel devenu rentier pour se consacrer à son art et Ravier est un ermite.  Ils fusionnent au point qu’en regardant la sélection faite par la galeriste, on joue vite au jeu du « Qui est qui ? ».

Ces deux chasseurs ont troqué leurs fusils contre une imposante chambre et des carnets à croquis. Au photographe, le peintre apprend la composition et le motif.  Ici, les peintures sont mises en miroir avec les photographies. On comprend l’influence que l’un a sur l’autre. Les images sont toutes découpées en deux, un tiers pour l’assise, deux tiers pour  le ciel. L’attention portée à la lumière est  essentielle. Les différentes heures de la journées apportent un halo de vive clarté ou d’ombre sourde menaçante qui dégage un mélange d’impressions entre romantisme et onirisme. Cela est palpable dans 4h du matin, près de Roche la Molière.


La force du choix de Michèle Chomette est au moins double. Il y a bien sûr, cette passion qu’elle entretient depuis plus de trente ans avec les premières heures de la photographie et un choix artistique innovant dans le fait de présenter les négatifs primitifs ( Ravier 1849) comme des oeuvres d’art en soit.

La promenade est ici triste, mélancolique. Les sujets sont les bords du Lignon, ( là où Honoré d’Urfé écrivit et situa son roman L’Astrée), le village de Crémieu, la forêt ou encore la clairière. Ici, ces paysages deviennent fascinants, il faut prendre le temps de les regarder comme leurs auteurs ont pris le temps de les choisir et de poser.

La proposition esthétique vient contrarier les canons du moment. Ici, pas de recherche du beau évident, on est dans un sombre happant, d’une tristesse absolument contemporaine.

Dans le cadre de l’exposition, la Galerie présente un ouvrage  majestueux “De la photographie tableau”, Lettres de François-Auguste Ravier, peintre, à Félix Thiollier, photographe. Un Carnet épistolaire illustré, édition numérotée et limitée à 200 exemplaires. Une superbe idée de cadeau de fin d’année.

FELIX THIOLLIER, 4h du matin, près de Roche la Molière, Forez ca 1870, galerie Michèle Chomette, Paris

F-A RAVIER Crémieu, Porte de la Loi et clocher des Augustins, Dauphiné 1849-50 , négatif papier,galerie Michèle Chomette, Paris

A.THIOLLIER Paysage arboré avec personnages en bord d’étang, 1884, galerie Michèle Chomette, Paris

 

A la Une :

FELIX THIOLLIER Chantabeau près de Creys, Dauphiné ca 1885, galerie Michèle Chomette, Paris

 

Au café de l’archange d’Amarande Amorison
4h44 Dernier jour sur Terre d’Abel Ferrara: la douceur et l’amour avant la fin du monde
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “Michèle Chomette expose Ravier et Thiollier, l’avant garde du XIXe siècle”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *