Arts
[Live-Report] L’édition 2016 de la Braderie de l’art à Roubaix

[Live-Report] L’édition 2016 de la Braderie de l’art à Roubaix

03 décembre 2016 | PAR Yaël Hirsch

Depuis 1991, le collectif Art Point M Donne chaque année l’occasion à 20 000 personnes de voir des artistes et designers créer devant eux des objets à partir de matériaux de récupération. Et ils peuvent acheter ces œuvres. La braderie de l’art dure 24h et son édition 2016 a commencé à 19h ce samedi 3 décembre 2016 à la Condition Publique, avec un grand afflux de public et 150 artistes très concentrés à la fois sur leur art et sur la rencontre avec ces collectionneurs…

braderie-de-lart-1

C’est à partir de 2000 mètres cubes de matériaux de récupération venus d’Emmaus ou  labellisés « recollect » (créé en 2013 sus l’égide de Art Point M et unissant des entreprises de la région) que pendant 24h, les artistes choisis sur dossier par Fanny Bouyagui et Sabine Duthoit. Ils soudent, collent, forgent, malaxent, clouent et scient pour transformer ces matériaux en nouveaux objets.

braderie-de-lart-3

Sous la verrière de la Condition Publique, une équipe est à leur service avec une batterie d’imprimantes 3D pour leur apporter les éléments manquant, qui servent à faire du lien. On retrouve cette préoccupation pour le « making » parmi les artistes choisis cette année, avec notamment le collectif OI (objets imprimés) qui fait le lien entre matériel de récupération et impression 3D pour un maximum d’innovation. Et dans le cadre de l’ouverture de l’Institut du monde Arabe de Tourcoing, Beyrouth est le grand invité de cette édition 2016 avec pas mal de matières innovantes, notamment du côté des tissus.

braderie-de-lart-5

Dès 18h, les visiteurs attendent devant la porte et lorsqu’ils déferlent dans le grand couloir de ce ancien hangar à laine qu’était la condition publique, ils découvrent les artistes et artisans à l’œuvre : la transformation rend design des objets du quotidien, comme les extincteurs devenus lampes de abroad studio ou l’élégant petit gobelet tapissé de papier blanc et points noirs et allié à des cadres ou des porte-journaux de l’élégant collectif accent. Côté design, les étagères et chaises longues de récupération de Julien Kieffer ont un minimalisme  et une finesse irrésistibles, tandis que les bougies de récupération de Clara Delaunay

braderie-de-lart-2

Des artisans sont aussi présents comme l’impressionnant Franck Guihal qui sculpte l’acier en direct. Côté art urbain, les amateurs seront en joie : le grapheur Alone est sur place et agit en fresque sur des panneaux de signalisation, Alix Graphs fait un travail minutieux de dessin tandis que collectif La dent rouge nous mène vers du dessin plus spirituel. Enfin, puits de science sur sa ville Roubaix et excellent guide de la braderie de l’art, Ikrok présente des photos « torturées volontairement » sur des socles récupérés et qui sont de véritables lieux de mémoires du passé industriel de la région.

La braderie de l’art est à voir jusqu’à 2h30 cette nuit, samedi 3 décembre,  puis reprise à 8h30 dimanche 4 décembre 2016  et jusqu’à 19h. Pour acheter un objet, comptez entre 30 et 300 euros.

braderie-de-lart-4

visuels : YH

 

Gagnez 3 exemplaires du nouvel album de LP « Lost on You »
La piscine de Roubaix revisite le trait sculpté de Georges Dorignac
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *