Arts
L’hommage à Paris de Martine Franck à la Maison Européene de la Photographie

L’hommage à Paris de Martine Franck à la Maison Européene de la Photographie

07 octobre 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le sous-titre de l’exposition « Venus d’ailleurs » de Marine Franck présentée à la MEP est  » Peintres et sculpteurs à Paris depuis 1945 ». La présidente de la Fondation Henri Cartier-Bresson réalise un tour de force admirable, celui de ne jamais montrer Paris et de son concentrer son objectif sur les artistes au sein de leurs ateliers.

En 1965, elle commence une série de portraits. Tous ses modèles ont pour lien le fait de s’être à un moment, installés à Paris. En résulte une série foisonnante de stars : Botéro, Yaacov Adam, Zao Wou Li, Erro…ici, une soixantaine de clichés sont montrés et l’ensemble donne l’impression d’une frénésie culturelle à Paris.
Elle choisit de les faire poser dans leur élément premier, au milieu de leurs œuvres souvent, telle cette image du peintre Pierre Alechinsky assis devant l’une de ses toiles en grand format. De cette exposition est né un livre éponyme, publié à l’Imprimerie nationale d’éditions en 2011.

Tous les clichés sont en noir et blanc et dégagent une force incroyable. Erro a les mains liées devant son œuvre, Vladimir Velickovic semble plongé dans ses lourdes pensées un de ses crânes à la main. Elle plonge dans l’intimité de la création avec une apparente facilité. Le travail de Martine Frank donne un regard nouveau sur la peinture et la sculpture en déplaçant le curseur de l’œuvre sur l’artiste.

Pour la photographe internationale qu’est Martine Franck, née à Anvers, ayant grandi aux Etats Unis et en Angleterre et ayant voyagé dans le cadre de sa belle carrière à Life et au sein de l’agence Magnum, le parallèle est passionnant entre la photographe qui transforme ce qu’elle regarde en œuvre et les peintres, les sculpteurs qui malaxent un objet réel pour en faire autre chose. Ce double regard d’une artiste sur d’autres artistes avec comme seul fil conducteur l’amour d’une ville donne à voir une série de photos dont se dégage une émotion palpable.

Visuel : Pierre Alechinsky, Bougival, 2004 (c) Martine  Franck/Magnum Photo

Gagnez 5 DVD d’Au seuil de la vie d’Ingmar Bergman
Gagner 1×2 places pour le concert de Lisa Ekdahl & Nikki Yanofsky le 14 octobre à Toulouse
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *