Arts

Les vernissages de la semaine du 5 au 11 septembre

Les vernissages de la semaine du 5 au 11 septembre

05 septembre 2012 | PAR Charlotte Bonnasse

Cette semaine, c’est aussi la rentrée des artistes à Paris : les galeries ouvrent leurs portes à de grands noms de l’art contemporain. Venus du monde entier, ils nous font partager leurs questionnements existentiels, leurs doutes et leurs étonnements.

Jeudi 6 septembre

La Galerie Kammel Mennour présente jusqu’au 6 octobre la seconde exposition personnelle de Camille Henrot, « Is it possible to be a revolutionary and like flowers ? ». Dans un rapport atypique à l’espace, l’artiste problématise le rapport du livre aux fleurs, utilisant comme support l’art ancestral de l’ikebana japonais, une composition florale aux arrangements linéaires.

Galerie Kammel Mennour, 47, rue Saint-André des Arts, 75006, Paris.

Vendredi 7 septembre

L’artiste illustre Sophie Calle se transpose du festival d’Avignon à la galerie Perrotin. « Pour la dernière et pour la première fois » présente jusqu’au 27 octobre un ensemble de films intitulés Voir la mer (2011), une nouvelle série de photographies, textes et encadrements réalisée à Istanbul, La Dernière image (2010), ainsi qu’une série de photographies plus anciennes, Aveugles (1996). On plonge dans des tonalités intimistes et profondes, qui nous avaient profondément émues cet été lors de son exposition avignonnaise aux Célestins (voir l’article).

Sophie Calle à la galerie Perrotin, 76 rue de Turenne, 75006, Paris.

Samedi 8 septembre

L’artiste américain Hernan Bas sera aussi mis à l’honneur du 8 septembre au 27 octobre chez Perrotin, avec une collection au titre évocateur, « Thirty-three Unknown Poets (or, decorative objects for a the homosexual home) ». On y retrouve une collection de portraits de « poètes maudits », où les thèmes de la poésie et de l’homosexualité s’entremêlent.

Hernan Bas à la galerie Perrotin, 10, impasse Saint-Claude, 75006, Paris.

La suédoise Klara Kristalova, hautement réputée pour ses sculptures en céramique, trouvera aussi sa place chez le galeriste entre le 8 septembre et le 27 octobre. Cette exposition très personnelle, intitulée « Black petals », continue d’explorer la mémoire, les traumatismes et les territoires perdus de l’enfance.

76, rue de Turenne, 75006, Paris.

Chez Frank Elbaz, nous retrouvons le sculpteur Gyan Panchal jusqu’au 31 octobre. L’artiste, de retour en France après une exposition cet été à New-York, y excelle dans l’art de la suggestion, en s’appuyant sur le travail du matériau.

Frank Elbaz, 66 rue de Turenne, 75003, Paris.

C’est Templon qui accueillera cette saison le sculpteur new-yorkais mondialement connu Joel Shapiro. L’artiste ouvre pour la première fois en France une installation « in situ » à Beaubourg, en y présentant un travail architectural qui cherche à explorer les «possibilités expressives de la forme et de la couleur dans l’espace». Il sera exposé jusqu’au 20 octobre.

On y retrouvera un artiste bien différent mais tout aussi impétueux, Atul Dodiya. Ce pionnier de l’art contemporain indien connu pour créer des ponts entre la tradition et l’innovation, y dévoilera ses dernières oeuvres, et ceci jusqu’au 20 octobre.

Galerie Daniel Templon, 30 rue Beaubourg, 75003, Paris.

L’artiste contemporain mexicain Gabriel Orozco dévoilera une exposition personnelle chez Marian Goodman jusqu’au 20 octobre. Connu pour être « postminimaliste », il fait du déplacement son thème de prédilection : mob, vespa (la provocatrice habemus vespam de 1991), vélo (Four Bicycles, 1994)… en jouant sur une vaste palette de supports. Jusqu’au 20 octobre.

Galerie Marian Goodman, 79, rue du Temple, 75003, Paris.

La galerie Xippas présente cette saison l’exposition personnelle de Céleste Boursier-Mougenot : connu pour extirper des objets les plus divers une force musicale, l’artiste  donne de vivre une expérience originale d’écoute à partir de situations, d’architectures et d’objets des plus ordinaires.

Galerie Xippas, 108, rue Vieille du Temple, 75003, Paris.

A la frontière entre rêve et réalité, Jérémy Chabaud travaille surtout le dessin et la peinture, mais aussi les installations et l’espace. Valsant entre abstraction et figuration, l’artiste interroge, pose question :  ses oeuvres organiques entrent en tension poétique dans une lutte entre pulsions de vie et de mort. C’est à la galerie Intuiti qu’il va prochainement exposer, et ceci jusqu’au 28 septembre.

Galerie Intuiti, 16, rue des Coutures Saint-Gervais, 75003, Paris.

Mardi 11 septembre

Une exposition de Sturtevant fait toujours événement; cette fois, c’est sous le titre Deleuze de A à Z qu’Elaine S. s’expose aux regards intrigués à la galerie Thaddaeus Ropac. Depuis son apparition sur la scène artistique, cette française travaille et repose la question de l’autonomie de l’art et de la représentation dans des pièces brutales et franches.

Galerie Thaddaeus Ropac, 7, rue Debelleyme, 75003 Paris.

 

 

Gagnez 1X2 places pour SPORTO KANTES /ARCHIMEDE le 20 octobre au Festival de Marne
Paysages de Cinéastes met la Chine à l’honneur
Charlotte Bonnasse

One thought on “Les vernissages de la semaine du 5 au 11 septembre”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *