Arts

Les vernissages de la semaine du 2 Janvier

Les vernissages de la semaine du 2 Janvier

02 janvier 2013 | PAR Lucie Droga

Vous êtes en période post-digestion de Noël, croulant sous les cadeaux et profitant pour certains d’une dernière semaine de vacances … Pourquoi ne pas se promener dans les galeries parisiennes et en profiter pour aller aux vernissages que Toute la culture a sélectionné pour vous?

 

A partir du 5 janvier et pendant un mois, la galerie Jean Brolly propose une exposition sous le thème « Lumière blanche et matière noire » qui réunit le dessinateur anglais David Tremllet et l’artiste français Michel Verjux. Ce sont des oeuvres faites à quatre mains que la galerie nous propose de découvrir: il ne s’agit pas de juxtapositon, mais bien d’oeuvres communes faites par les deux artistes sur le thème de la lumière et de l’obscurité. Les dessins de Tremllet seront peints directement sur les murs de la galerie offrant par là même une réflexion sur l’opposition entre noir et blanc. Galerie Jean Brolly- 16 rue de Montmorency 75003 Paris- Métro Rambuteau.

Dès demain et jusqu’au 20 février, le peintre Philippe Cognée présentera ses oeuvres à la galerie Daniel Templon. Réinterprétant le thème du portrait, l’artiste confronte figure humaine et architecture: les façades froides et anonymes des bâtiments deviennent des paysages poétiques. Le spectateur apprend a voir d’un autre oeil ces architectures si familières, dans une visée résoluement esthétique. Galerie Daniel Templon – 30 rue Beaubourg 75003 Paris _ Metro Rambuteau/ Hêtel de Ville

Les tableaux torturés et psychédéliques de la jeune artiste franco-russe Vidya Gastaldon seront exposés partir du 12 janvier à la galerie Art Concept, dans le IIIème arrondissement. Portée par un désir de réinventer le monde à travers des couleurs tirant du pastel au noir le plus sombre, ses peintures oscillent entre rêverie et ésotérisme, naïveté et profondeur, le tout n’étant pas sans rappeler un certain Odilon Redon...Galerie Art Concept- 13 rue des Arquebusiers, 75003 Paris- Métro Saint Sébatsien-Froissart

La galerie Anne Barault vernit l’exposition collective  « Citadelles en suspens » à partir du 12 janvier prochain et qui aura lieu jusqu’au 23 février. Sept artistes réunis sous l’initiative de Pacôme Thiellement nous raconte la dureté d’un monde régi par un dieu faux, trompeur et rieur. Porté par le désir de se tourner vers l’autre, les artistes nous font découvrir leurs citadelles en suspens à travers le dessin et la peinture  car « depuis ces citadelles nous dirigeons notre regard vers l’autre monde; et, depuis l’autre monde, un regard se dirige vers nous »  explique Thiellement. Galerie Anne Barrault – 22 rue Saint-Claude 75003 Paris- Métro Saint-Sébatsien Froissart

 

Derniers jours des grandes expos

 

L’exposition « Le cercle de l’art moderne » au musée du Luxembourg, jusqu’au 6 janvier. Cette saison le Musée du Luxembourg met à l’honneur les collectionneurs d’avant-garde du Havre au début du siècle dernier, dans une exposition de près de 90 oeuvres organisée par la Réunion des musées nationaux et le musée d’Art moderne André Malraux du Havre. Ce parcours à travers leurs choix et goûts esthétiques témoigne d’une réelle profondeur et radicalité dans l’engagement, qui donne à cette exposition son caractère d’exception.

Bertrand Lavier à Beaubourg jusqu’au 7 janvier. Depuis 1969, Bertrand Lavier pratique la greffe et offre aux objets de nouvelles identités et un sens transcendé et transcendant. Le Centre Pompidou donne à voir les meilleures œuvres de chaque période avec liberté et sans linéarité chronologique pour le bonheur des visiteurs dès le 26 septembre 2012 et jusqu’au 7 janvier 2013.

L’exposition Intérieurs romantiques au musée de la Vie Romantique, jusqu’au 12 janvier. Un écrin pour des écrins, cela pourrait résumer la charmante exposition qui s’ouvre aujourd’hui au Musée de la vie romantique. Intérieurs romantiques, Aquarelles 1829-1890 nous plonge dans l’intimité de la high society européenne de ces années-là.

Raphael au Louvre, jusqu’au 14 janvier. Le musée du Louvre ouvre les portes d’une exposition inédite consacrée aux derniers temps du grand maître de la Renaissance italienne : Raffaelo Santi, dit Raphaël (1483-1520). Grâce à un partenariat très étroit entretenu avec le musée du Prado, le Louvre concentre notre regard sur ce qui fut l’apogée, l’accomplissement stylistique de l’art de Raphaël, tandis qu’émmergaient dans son atelier les figures majeures de sa postérité immédiate : Giulio Romano et les frères Penni, également mis à l’honneur dans les expositions du musée.

L’exposition « Bohèmes » au Grand Palais, jusqu’au 14 janvier. Bobos en tout genre, passez votre chemin : l’exposition Bohèmes s’arrête bien avant vous, en 1937. Il s’agit de remonter le temps jusqu’aux origines de la représentation des Bohémiens, pour tenter de comprendre dans un second temps le glissement qui s’opère de la figure du vagabond à celle de l’artiste-bohème. Un projet ambitieux, à la mise en scène théâtrale, qui parvient honorablement à éviter l’écueil du fourre-tout.

 

Edward Hoper au Grand Palais jusqu’au 28 janvier. « Il est très improbable qu’une exposition de ce type puisse être à nouveau montée en Europe au cours de la prochaine décennie, voire jamais » a déclaré Tomas Llorens, l’un des commissaires d’une des plus grandes rétrospectives jamais consacrées sur le continent à l’artiste américain Edward Hopper. Initialement présentée au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid cet été, l’exposition française s’est quant à elle enrichie de près de quatre-vingt-dix œuvres pour sa venue au Grand Palais de Paris du 10 octobre 2012 au 28 janvier 2013. 163 peintures, dessins, gravures et aquarelles nous font (re)découvrir Hopper à travers une scénographie chronologique et didactique où le dialogue avec les œuvres d’artistes de son époque et ses influences stylistiques met en lumière le visage du peintre de la solitude moderniste bien loin de sa tour d’ivoire.

Visuels: galeries, affiche

Image à la Une: © Vidya Gastaldon
Crazy, cruel and full of love, 2011
acrylique et peinture à l’huile
court. Guy Bärtschi, Genève

 

La tête d’Henri IV a encore parlé
Un ver dans l’Apple store
Lucie Droga

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *