Arts

Les hiéroglyphes de Keith Haring, l’exposition dont les enfants sont les héros

Les hiéroglyphes de Keith Haring, l’exposition dont les enfants sont les héros

14 mars 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le Musée en Herbe  invite les jeunes visiteurs à partir de 5 ans à découvrir l’œuvre du dessinateur  Keith Haring. Les enfants et leurs parents partiront à la découverte d’une égyptologie teintée de street art made in NYC.

Lunettes rondes sur le nez, tel Keith Haring, les visiteurs se promènent dans les rues de New-York des années 80, pour y découvrir les différentes facettes de l’œuvre de l’artiste : le mur peint de Houston Street, un des fameux dessins du métro, une exposition dans une galerie imaginaire, le Pop Shop, son alphabet secret, une voiture décorée durant les 24 heures du Mans, des sculptures surveillées par son célèbre personnage aux trois yeux…

Son « vocabulaire » et ses symboles, hiéroglyphes modernes et poétiques, servent de fil rouge à la visite. Les visiteurs terminent leur voyage en remontant le temps pour se retrouver dans l’Égypte Ancienne où ils pourront découvrir une véritable stèle et une statuette égyptienne placées en vis-à-vis d’un totem de Keith Haring.Cette exposition est également accessible aux personnes en situation de handicaps (textes en braille, arc acoustique, manipulations pour malvoyants…). Exposition bilingue français/anglais.

Arrivés dans l’univers de l’artiste, les visiteurs, petits explorateurs de l’art, naviguent entre les bébés radiants, les chiens rouges, les dauphins cabriolants… Munis d’un jeu de piste, ils apprennent, en jouant, à décrypter l’œuvre de Keith Haring et ses messages codés avant de remonter le temps et de s’envoler à la découverte des hiéroglyphes de l’Egypte ancienne.

Et il y en a  pour tous les ages, , des baby-visites sont organisées pour les 2-4 ans , à partir de 5 ans, une formule expo-gouter allie art et macarons et  pour les adultes, le jeudi soir, c’est apéro Tchin Keith.

Immanquable!

Zone Libre vs Casey & B. James au Nouveau Casino le 30 Mars
Christian Boltanski habitera le pavillon français de la 54e biennale de Venise
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

2 thoughts on “Les hiéroglyphes de Keith Haring, l’exposition dont les enfants sont les héros”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *