Arts
Les grandes expositions de la rentrée

Les grandes expositions de la rentrée

10 janvier 2012 | PAR Clementine Athanasiadis

Tous à vos agendas, la rentrée sera culturelle ou ne sera pas. Voici une liste, non exhaustive, des expositions de cette nouvelle année à ne pas rater. Peinture, sculpture, musique, photographie… Tous les goûts sont dans la nature et dans les musées de la capitale.

Pour commencer, venez découvrir un des plus jeunes artistes de Yogyakarta, ville d’ Indonésie. Eko Nugroho travaille sur de nombreux supports, entre peintures, fresques murales, vidéos, fanzines, collages, dessins et broderies, sa haute technicité, l’imagerie surréaliste et l’humour de ses œuvres, font de lui un personnage très ancré dans la contre-culture indonésienne. Le Musée d’Art Moderne de paris, avec l’exposition Témoin Hybride, du 13 janvier au 21 mars 2012, propose un saut dans le monde de l’artiste. Eko Nugroho réalise la plupart de ses œuvres dans l’espace publique, souvent sous forme collective. Présenté à l’entrée de la Biennale de Lyon en 2010, en résidence à Vaulx-en-Velin au « Carré de Soie », où il crée avec les jeunes du quartier un spectacle de marionnettes. Il réalise également une fresque monumentale sur la façade de la Sucrière. Plus d’informations ici

Le Musée Eugène-Delacroix, propose une exposition appelée Fantin-Latour, Manet, Baudelaire -L’hommage à Delacroix, du 7 décembre 2011 au 19 mars 2012. C’est en 1863 que décède Eugène Delacroix. Choqué par la tiédeur des hommages officiels, Fantin-Latour se lance dans la réalisation de son fameux Hommage à Delacroix. Cette grande toile-manifeste rassemble une nouvelle génération d’artistes novateurs et de critiques comme Baudelaire et Champfleury autour de l’austère effigie du maître disparu. Manet, Whistler, Legros, Bracquemond et les autres n’étaient pourtant pas des disciples fidèles, mais en se plaçant sous son égide, ils revendiquaient une même liberté artistique face aux conventions. L’exposition du musée Eugène-Delacroix retrace l’aventure de cette toile – sa conception, ses variantes – et en met en lumière les élus et les exclus. L’exposition se conclut sur l’hommage officiel confié finalement au sculpteur Dalou, avant celui, décidément hors norme, de Paul Cézanne, éclatante reconnaissance de Delacroix comme porte-drapeau de la modernité. Pour plus d’informations

A partir du 12 janvier et jusqu’au 29 mars 2012, la Maison Européenne de la Photographie met trois photographes à l’honneur. Elle présente la première rétrospective de Youssef Nabil (1972), photographe égyptien passionné de cinéma dont le travail évolue entre journal intime et portraits d’artistes. Pour cette exposition hivernale, Youssef Nabil a sélectionné environ 60 tirages : gros plan épuré sur les visages de Catherine Deneuve et de Marina Abramovic, mise en scène de modèles égyptiens dans des poses cinématographiques, présentation chorale de pêcheurs yéménites anonymes, instantanés de l’artiste face à l’écoulement du temps… Le photographe William Ropp présente une sélection d’environ 20 photographies ponctuant 20 années de travail. De l’obscurité révélatrice du studio aux vastes étendues africaines, en passant par les villages du Mexique, ici, ailleurs, partout, William Ropp détaille les fils d’une obsession pour l’homme dépouillé de ses artifices, pour la chair sombre et difforme du désir, pour l’enfance inquiète, immobile dans l’embrasure de la porte. Et enfin, la photographe Dominique Issermann présente son dernier travail en argentique : une série de trente-trois portraits de l’ancien top model et actrice Laetitia Casta.

Du 11 janvier au 22 avril 2012, la Fondation Henri Cartier-Bresson rend hommage à deux maitres de la photographie : Henri Cartier-Bresson et Paul Strand. Partis chacun de leur côté au Mexique entre 1932 et 1934, ils rapportent deux visions, deux approches d’un même pays et surtout de la photographie au travers de 90 tirages en noir et blanc. Paul Strand restera deux ans au Mexique, fasciné par la culture indigène, il rapportera des portraits d’hommes, de femmes, d’enfants, mais aussi de paysages et d’architectures. En 1940, grâce à son épouse, Paul Strand publie Photographs of Mexico , un portfolio de 20 photogravures édité en 250 exemplaires, dont un sera présenté à l’exposition. Quant à Henri Cartier Bresson, c’est pour une mission ethnographique qu’il se retrouve en 1934 à Mexico. Mais la mission tourne court et l’équipe décide de rentrer en France sauf le photographe qui préfère rester, cause d’un  véritable coup de cœur pour le pays. Accompagné de son Leica, Henri Cartier-Bresson parcourt alors le pays. Il se passionne pour les muralistes et leurs fresques révolutionnaires. Les deux artistes se croisent à New York en 1935 alors qu’ils rejoignent le groupe de cinéastes engagés Nykino pour tenter une expérience cinématographique.  Plus d’informations ici

Akseli Gallen-Kallela, artiste finlandais du XIX et XXème siècle est à l’honneur au Musée d’Orsay de Paris. Du 7 février au 6 mai 2012 l’exposition Une passion finlandaise, rend compte de la carrière de l’artiste. Entre naturalisme, néoromantisme, symbolisme et expressionnisme, Akseli Gallen-Kallela est à juste titre présenté comme l’un des artistes les plus emblématiques du génie finlandais. L’exposition rassemble des œuvres provenant d’institutions finlandaises et de collections privées. L’artiste finlandais n’a jamais l’objet d’une exposition monographique en France. Pourtant la relation d’ Akseli Gallen-Kallela avec Paris est importante. Élève de l’Académie Julian dans les années 1880, il triomphe à l’Exposition universelle de 1900 avec ses fresques du pavillon finlandais. Après avoir exposé une nouvelle fois dans la capitale en 1908, l’artiste s’envole pour l’Afrique d’où il ramènera une série de peintures et d’aquarelles. Pour plus d’informations

Le Centre Pompidou présente, du 8 février au 7 mai 2012, Vidéo Vintage, une sélection inédite de plus de 70 bandes vidéos d’une cinquantaine d’artistes qui dessine une trajectoire de l’art vidéo de 1963 à 1983. 20 années ont vu défiler les recherches et les développements de ce « nouveau » médium. La vidéo a traversé tous les courants esthétiques de la modernité, de la performance à la mouvance Fluxus, de l’art minimal à l’art conceptuel pour poursuivre son évolution dans le courant post-conceptuel et enfin servir les investigations actuelles. Cette première exposition thématique de la collection Nouveaux Médias du Centre Pompidou rassemble les œuvres de 52 artistes, de Vito Acconci, Sonia Andrade, Samuel Beckett, à Les Levine, Bruce Nauman ou Nam June Paik. Des oeuvres de Valie Export, Mona Hatoum,Gina Pane, Carole Roussopoulos et Nil Yalter sont également sélectionnées, mettant l’accent sur l’importance du travail réalisé par les artistes femmes avec cet outils. La scénographie, elle-même « vintage », donne la priorité au confort de visionnage : les vidéos de l’exposition sont installées dans seize environnements-salons meublés d’éléments de récupération. Ils structurent l’espace en différentes sections et accueillent les spectateurs pour un voyage dans le temps. Plus d’informations ici

L’Hôtel de ville met Robert Doisneau à l’honneur le temps d’une exposition qui se déroulera du 8 février au 28 avril 2012. Un hommage près des des Halles qui prend tout son sens quand on sait que le photographe restera fidèle au quartier 40 ans durant, après avoir pris sa première photo des Halles en 1933. Quand dans les années 60, les Halles sont menacées, l’inquiétude de R.Doisneau le poussera à tout photographier, à tout voir. Son regard esthétique et sociologique deviendra alors proprement patrimonial. L’exposition, Doisneau, Paris les Halles propose plus de 150 tirages de l’artiste en plus d’une salle spécialement consacrée  aux photographies en couleurs datant des années 60. Une exposition ludique qui permet un regard nouveau aussi bien sur l’œuvre de Robert Doisneau que sur le quartier historique des halles. Pour en savoir plus

Le jeu de paume offre une rétrospective des photographies de l’artiste Ai Weiwei,(voir notre article) architecte et plasticien de renommé internationale. Par ses prises de position en faveur de la liberté d’expression, ses provocations et sa dérision, il est devenu un ennemi public de la Chine d’aujourd’hui (il avait été arrêté et emprisonné plusieurs semaines) et le héros d’une nouvelle génération s’exprimant grâce aux nouveaux réseaux de communication. Ai Weiwei : Entrelacs est la première grande exposition en France consacrée à cet artiste et homme de communication qui observe l’état du monde, l’analyse et tisse des liens avec ses semblables par de multiples canaux. L’exposition, qui présente également des vidéos de l’artiste, est centrée sur les photographies d’Ai Weiwei : celles par lesquelles il rend compte des mutations profondes du paysage urbain de son pays ; celles aussi qui relèvent d’une démarche plus artistique : le Conte de fées pour la documenta de Cassel et les innombrables photos numériques diffusées sur son blog ou à l’aide de son téléphone portable. Site du jeu de Paume

L’exposition Debussy, la musique et les arts présentée au Musée de l’Orangerie du 21 février au 11 juin 2012, propose d’évoquer les rencontres majeures du musicien avec les artistes et poètes de son temps par les collections de trois familles amies qui le soutinrent dans les années difficiles qui précédèrent la création de Pelléas et Mélisande : celle du peintre Henry Lerolle (1848-1929), du compositeur Ernest Chausson (1855-1899) et d’Arthur Fontaine (1860-1931), conseiller d’Etat. Également des tableaux, dessins et pastels seront accompagnés de lettres et photographies d’artistes comme Renoir, Gauguin, Camille Claudel ou encore Carrière. Claude Debussy reste le compositeur du tournant du XIXème siècle qui trouva l’essentiel de son inspiration dans les textes de la poésie contemporaine.

Du 21 février au 29 avril 2012, le Jeu de Paume consacre une exposition à la photographe américaine Berenice Abbott. C’est la première fois que seront dévoilées les différentes étapes de la carrière de cette artiste. Une rétrospective qui propose 140 images, des ouvrages et une série de documents inédits, l’occasion de découvrir les multiples facettes d’une œuvre très complète mais souvent peu connue. Une carrière de portraitiste qu’elle entame en faisant le portrait d’artistes, d’écrivains et de dramaturges français et américains en exil (Eugène Atget, Marcel Duchamp, James Joyce, Man Ray, Cocteau, Sylvia Beach, Gide, Foujita, Max Ernst, Marie Laurencin…). Mais l’exposition propose également l’œuvre la plus connue de Berenice Abbott, Changing New York (1935-1939), réalisé à l’initiative de l’administration américaine dans le contexte de la crise économique qui touchait le pays. Enfin, le jeu de Paume mettra en lumière un corpus d’illustrations sur les principes de la mécanique et de la lumière.

Bob Dylan, un des musiciens les plus emblématiques de la seconde moitié du XXe siècle, sera à l’honneur à La cité de la musique du 6 mars au 15 juillet 2012. Dans son parcours d’une exceptionnelle longévité, les années de 1961 à 1966 furent décisives. L’exposition retrace les moments forts de cette période, qui vit Dylan modifier radicalement son approche artistique et susciter une véritable révolution musicale. Conçue par le Grammy Museum de Los Angeles, Bob Dylan, l’explosion rock raconte, au fil de photos inédites, d’objets et de documents rares, ainsi que d’archives audiovisuelles, cette étonnante histoire d’une évolution personnelle marquant un basculement de société. Site officiel de La cité de la musique

Resisting the present  Mexico 2000/2012, du 9 mars au 8 juillet 2012, rassemble dans les espaces de l’Arc du MAM, 24 artistes mexicains nés après 1975. Fortement engagés dans l’évolution de leur pays au cours des deux dernières décennies, ils ont acquis une renommée sur la scène internationale. Héritiers du mouvement post minimaliste cristallisé à la fin des années 80 qui a libéré la culture mexicaine de son isolement national, ils développent un espace de réflexion mettant en lumière leur double appartenance nord sud et les enjeux de société auxquels ils sont confrontés. Site officiel

Dega et le nu, exposition présente au Musée d’Orsay du 13 mars au 1er juillet 2012, est la deuxième rétrospective sur l’artiste Edgar Degas après celle de 1988 au Grand Palais. Entre peinture, sculpture, dessin, estampe et bien entendu pastel, l’exposition explore l’évolution de l’artiste au travers de son thème phare : le nu. Organisée avec le Museum of Fine Arts, Boston, l’exposition bénéficie du très riche fonds d’œuvres graphiques du musée d’Orsay, rarement montré pour des raisons de conservation, auxquels s’adjoignent des prêts exceptionnels des plus grandes collections, comme celles du Metropolitan Museum of Art de New York ou de l’Art Institute de Chicago. Pour plus d’informations

Pour la première fois en France, l’exposition au Musée Maillol du 14 mars au 5 juillet 2012, permet de découvrir la peinture d’Artemisia Gentileschi. Artiste du XVI et XVIIème siècle, en quête de sa propre gloire et de sa liberté, elle a travaillé pour des princes et des cardinaux, gagné sa vie à la force de son pinceau, et construit son oeuvre, inlassablement. Par son talent et sa force créatrice, elle est devenue l’un des peintres les plus célèbres de son époque, l’une des plus grandes artistes de tous les temps. L’exposition Artemisia, pouvoir, gloire et passion d’une femme peintre, permet de découvrir les principales peintures de l’artiste Artemisia Gentileschi au travers de quatre étapes fondamentales de sa vie.

Sulfureux, provoquant, le Grand Palais consacre du 24 mars 2012 au 17 juin 2012, la première rétrospective à l’un des photographes les plus célèbres du XXème siècle : Helmut Newton (1920-2004). L’œuvre du photographe restitue l’érotisme, l’humour et parfois même la violence qu’il perçoit dans les univers qu’il fréquente : la mode, le luxe, l’argent et la célébrité. L’exposition du Grand Palais a été conçue par June Newton, veuve de l’artiste et elle-même photographe, connue sous le nom d’Alice Springs.

 

Il y a Free et les autres
The Notwist au Café de la Danse le 20/01/2012
Clementine Athanasiadis

2 thoughts on “Les grandes expositions de la rentrée”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *